Ecrit par l’autrice Nina Laurin. Publié aux éditions Presses de la Cité le 18 avril 2019.

Résumé


« Au quotidien, Laine, 23 ans, n’a qu’une obsession : passer inaperçue. Mais le jour où elle aperçoit l’affiche de cette petite fille portée disparue, elle sait que c’en est fini des illusions. Cette enfant, Olivia, c’est sa fille. Celle qu’elle a mise au monde et abandonnée il y a des années. Enlevée à dix ans, Laine a passé trois ans dans une cave, avant de réussir à s’enfuir, enceinte d’un homme dont elle ignore l’identité. Elle en est persuadée, c’est le même individu qui a enlevé sa fille.

Il faut sauver Olivia. Pour elle, Laine aura-t-elle la force d’affronter son cauchemar ? »


L’avis de Caïtelhor

Merci aux éditions PRESSES DE LA CITÉ pour l’envoi de ce bon thriller de la jeune autrice NINA LAURIN dont c’est le premier roman. Il a remporté un vif succès dès sa sortie outre-Atlantique et il le mérite.

Un prologue sombre, violent nous plonge au cœur d’une nuit froide et pluvieuse. Une petite ombre désarticulée essaie d’avancer tant bien que mal, pieds nus dans un chemin escarpé et caillouteux, éblouie par l’obscurité qui l’inonde. Elle a passé tellement de mois dans la cave qui lui servait de prison qu’elle ne sait plus se mouvoir normalement, qu’elle a peur de tous les bruits qui l’entourent, ses yeux sont douloureux elle ne sait qu’une chose : elle n’a plus les membres entravés. Il ne lui reste que les stigmates de ces liens qui ont entamé la chair fragile de ses poignets et de ses chevilles en laissant des traces violacées indélébiles. Est-elle vraiment libre ?

Lui, c’est l’inspecteur Sean Ortiz. Il s’est penché sur elle le premier lors d’une patrouille comme tant d’autres. La routine. Il n’oubliera jamais ce petit oiseau blessé qu’il va prendre dans ses bras tant elle grelotte de froid et d’angoisse. Il s’en fout de la procédure et des preuves qu’il efface, il ne voit qu’elle si petite, si fragile qui le dévisage tel un sauveur, qui enregistre sa voix, ses yeux ses mots. Cet instant T celui de son sauvetage restera gravé dans sa mémoire, l’aidera à avancer… et se muera en un premier amour « platonique ».

Elle c’est Ella SANTOS, kidnappée à l’âge de 10 ans. C’était il y a trois ans. Son pauvre corps a tout subi pendant sa captivité. Les insultes, les coups et les viols. Pourquoi son bourreau l’a-t-il relâchée alors qu’elle attend un enfant de lui ?

Quel est son dessein ?

Mon avis :

C’est un coup de cœur, car Nina Laurin a su me captiver dès les premières pages. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant, il y a du suspense, des rebondissements, un enchaînement des événements très cohérent. On suit une piste avec des personnages qu’on n’oublie pas. Ils nous entraînent vers d’autres lieux, d’autres protagonistes. Tout est lié habilement. Car l’histoire ne s’arrête pas à sa libération. Dix ans passent et la jeune Ella est devenue Laine Moreno. Ça ou autre chose quelle importance pour une pauvre fille de couleur qui n’intéresse personne. Elle n’a pas gardé l’enfant qu’elle portait il ne lui reste qu’une cicatrice (une de plus) celle de la césarienne à l’endroit où on lui a sorti l’enfant de son ventre. Une fille « Olivia ». C’est tout ce qu’elle sait.

Laine/Ella a développé durant ces dernières années une obsession. Elle guette tous les kidnappings d’enfants de la région. Elle cache toutes les affiches sous son matelas. Elle attend le monstre… en vain pense-t-elle jusqu’au jour où un nouveau portrait est affiché, mais celui-ci la laisse paralysée de terreur. Ce visage elle le connaît, il a quelque chose d’elle au même âge, mais pas seulement… Pourtant elle est certaine que c’est sa fille, Olivia. Le monstre a recommencé faisant ressurgir son passé violemment :

« Plus je scrute son visage, plus j’y décerne des traits qu’elle ne tient pas de moi. Jamais je n’ai été aussi près de voir le visage de mon agresseur. »

Elle sait qu’à partir de ce jour elle va devoir aller jusqu’au bout. Elle va le débusquer coûte que coûte quitte à y laisser sa vie. Elle ne sera pas seule dans ce combat, Sean Ortiz son sauveur ressurgit à ses côtés et cette fois-ci il se battra auprès d’elle. En aura-t-elle la force ? N’est-il pas trop tard pour la petite fille ?

« Tel un feu de forêt qui se propage de branche en branche, mon esprit va droit à Olivia. »

L’autrice va nous tenir en haleine jusqu’au bout, la tension est palpable et les coupables « potentiels » nombreux. Un petit bémol mais qui ne gâche en rien la qualité de ce roman, est le peu d’informations qu’on a sur l’histoire de la petite Olivia ainsi que des zones d’ombre sur la mère de Laine/Ella. J’aurais aimé une fin plus enrichie, plus développée. Peut-être aussi accrocheuse  que  le prologue qui  m’a  captivée d’emblée. Quoi qu’il en soit, c’est un thriller que je recommande.

Félicitations à cette nouvelle autrice prometteuse !

Nina Laurin