Ecrit par feu l’auteur suédois Henning Mankell, décédé ce 05 octobre 2015. Publié aux éditions Seuil en 2013 puis aux éditions Point le 09 octobre 2014.

Un grand merci aux éditions Point pour ce partenariat !

Logo Points

Résumé

« Le froid et la misère ont marqué l’enfance de Hanna Renström dans un hameau au nord de la Suède. En avril 1904, à l’âge de dix-huit ans, elle s’embarque sur un vapeur en partance pour l’Australie dans l’espoir d’une vie meilleure. Pourtant aucune de ses attentes ? ou de ses craintes ? ne la prépare à son destin. Deux fois mariée brièvement, deux fois veuve, elle se retrouve à la tête d’une grosse fortune et d’un bordel au Mozambique, dans l’Afrique orientale portugaise. Elle se sent seule en tant que femme au sein d’une société coloniale régie par la suprématie machiste des Blancs, seule de par la couleur de sa peau parmi les prostituées noires, seule face à la ségrégation, au racisme, à la haine, et à la peur de l’autre qui habite les Blancs comme les Noirs, et qui définit tout rapport humain. Ce paradis loin de son village natal n’est-il qu’un monde de ténèbres ? »

Mon avis

Époustouflant.

Je lis très peu de romans ayant l’esclavage comme thème principal. J’ai dit oui sans hésiter pour celui-ci car j’avais été conquise par « Une main encombrante » du même auteur. Ma curiosité à payé ! Un incroyable coup de cœur pour ce roman !

L’auteur à son cœur en Suède et dans le Mozambique. Deux patries très éloignées dont il manie les ficelles à la perfection pour créer une ambiance très particulière à ses ouvrages. Comme la Suède s’associe au froid et le Mozambique à la chaleur, ici, « apartheid » est le maître mot de ce récit.

Hanna, est une jeune fille dans l’obligation de quitter la famille car la famine menace. Sa mère lui donne des indications pour rejoindre le port et mener une autre vie. Comme cuisinière ou domestique ? On a toujours besoin de jeunes filles comme elle. Elle embarque donc sur le « Lovisa« , en partance pour l’Australie. Sur ce bateau elle rencontrera l’amour et le veuvage. Ce dernier état la poussant à débarquer. En effet, le souvenir de son amour perdu la tourmente beaucoup. Elle décide donc de s’enfuir lorsque le bateau mouille le port de Lourenço Marques, un petit bout d’Afrique sous la domination des colons portugais. Séjournant dans ce qu’elle pense être un hôtel, elle rencontrera son second mari, la dirigeant de ce qui est en fait un bordel, le plus réputé de toute la ville. Là, Hanna va trouver sa voie, elle va suivre un parcours compliqué, luttant contre elle-même et contre le monde et les règles qui l’entourent. Ne sachant quel est le but qu’elle doit suivre, elle se fie à son instinct.

L’intrigue est très prenante, jusqu’au bout on veut savoir si Hanna va devenir une femme blanche qui use de son pouvoir comme elle le pourrait. Elle, qui sort d’un milieu pauvre, c’est grisant d’être considéré comme le chef ! D’autant que la mort de son second époux lui a donné beaucoup d’argent… Nous suivons également le quotidien des esclaves, en passant par les domestiques, jusqu’aux prostitués. Des personnalités attachantes surgissent au fur et à mesure de la lecture. Jusqu’au singe qui hante le bordel comme un homme, c’est à travers lui que se découvre Hanna. Un singe qui voudrait être un homme, elle qui voudrait être quelqu’un… Ses sentiments vont être mis à rude épreuve et le dénouement est juste magnifique, à la limite de la petite larme versée !

Nous apprenons dans l’épilogue que cette fameuse suédoise, régissant le plus gros bordel de cette ville a réellement existé. Sa vie est passée inaperçue dans les documents, c’est pourquoi beaucoup de mystères entourent la fin des aventures de notre héroïne.

La plume de l’auteur est vraiment belle, un bel hommage aux paysages et à ces terres étrangères. Un bel hommage également à ces populations trop longtemps méprisées. C’ets un roman qui restera d’actualité tant que l’homme haïra ce qui lui est inconnu. A l’heure d’aujourd’hui, peu de choses ont changé, c’est pourquoi je recommande cette lecture à ceux qui pourraient avoir des préjugés sur l’Autre, notre voisin quel qu’il soit.

5_coeurs

Henning Mankell

Retrouvez les éditions Points sur