Ecrit par l’auteur Pierre Rehov. Publié aux éditions Belfond le 14 juin 2018.

Je remercie chaleureusement les éditions Belfond pour l’envoi de ce livre.


Résumé

« Jusqu’où iriez-vous par amour… pour votre animal de compagnie ? Emma, célibataire endurcie et mal dans sa peau, apprend que sa petite chienne, l’amour de sa vie, est atteinte d’une maladie grave et que seuls des traitements au coût exorbitant pourront la sauver. Qu’à cela ne tienne, pour payer les frais vétérinaires, et malgré l’aversion que cela lui inspire, Emma accepte de participer à une émission de téléréalité qui transforme des candidates au physique disgracieux en
canons de beauté, à coups de chirurgie plastique.

De son côté, Faouzi est un adolescent perdu, en quête de valeurs, et terrassé par le récent décès de sa mère. En conflit avec son père, et avec ses soeurs qu’il juge trop émancipées, il décide de squatter une résidence avec ses nouveaux frères, qui lui ont promis la paix spirituelle… à condition qu’il suive leurs traces.

Alors que l’une est à l’aube de sa transformation physique et l’autre en voie de radicalisation, Emma et Faouzi verront leurs chemins se croiser. Pourront-ils s’entraider ou vont-ils s’attirer mutuellement des ennuis qu’ils n’auraient pu soupçonner ?

Tu seras si jolie…, dont le ton oscille entre humour et gravité, est un cri de révolte contre l’exploitation outrancière de l’apparence de la femme dans notre société, tandis qu’ailleurs, celle-ci n’a aucun droit, pas même celui de montrer son visage. Et si le statut de la femme était tout simplement au coeur du choc des civilisations ? »


L’avis de Caïtelhor

C’est l’histoire d’Emma une trentenaire à la tête bien remplie, pas moche moche mais pas top top non plus, qui lorsqu’elle apprend que sa petite chienne adorée Lollipop est gravement malade, voire condamnée, va accepter une proposition qui ne l’enchante pas du tout. L’enjeu est de sauver la vie de Lolli et surtout payer les frais de vétérinaire exorbitants. Contre une somme conséquente et un bon coup de piston, elle accepte de participer à une télé-réalité. L’objectif est de transformer des « laides » en « canon de beauté ».

Par l’intermédiaire de son beau voisin Emmanuel, même prénom… c’est un signe ! Emma croise la route d’un jeune homme Faouzi, adolescent un peu paumé depuis le décès de sa maman. En conflit avec son père et ses deux sœurs qu’il juge trop « françaises », il va squatter une résidence avec ses nouveaux frères aux idées très « extrémistes ». Un lien amical, une relation quasi « maternelle » se crée entre Faouzi et Emma.

Le destin est ainsi et attire parfois les opposés. Elle, en pleine transformation physique, lui sur le chemin de la radicalisation. Vont-ils s’entraider ou plutôt s’attirer des ennuis ?

Mon avis :

J’ai pris beaucoup de plaisir pendant ma lecture, car l’auteur a parfaitement réussi la corrélation entre deux mondes très éloignés l’un de l’autre ! D’un côté Emma, qui à contrecœur accepte de changer radicalement de corps et de visage pour… son chien adoré, et Faouzi qui apprend grâce à ses nouveaux frères qu’une femme se dompte, au pire se brise, pour être totalement dominée au final et surtout, qu’elle disparaît sous son voile.

On se prend d’affection pour ces deux protagonistes propulsés dans des univers qui ne leur correspondent absolument pas. Emma férue de littérature scientifique qui se permet le luxe de passer sa première nuit à la clinique, dans la méditation du point 0 en mathématiques… J’ai adoré son développement personnel d’un tel sujet qu’elle analyse et conclut en avançant la théorie que le commencement de tout est : le sexe féminin représenté par « l’Origine du monde », tableau de Courbet (à découvrir pour celles et ceux qui ne le connaissent pas !).

On visualise « le sujet », peinture splendide d’ailleurs qui représente une femme sans visage offrant son intimité à la vue de tous et l’auteur avec subtilité nous renvoie vers Faouzi et ses « frères » où tout est carré, où les critères esthétiques sont despotiques, où ce « néant » fait peur, car il a tant de pouvoir…

Pierre Rehov n’épargne pourtant pas Emma qui, il faut l’avouer, se prête plus qu’on pouvait le penser au jeu de la séduction et de la transformation. Son « beau » voisin ne la comprend pas :

« Relisez le portrait de Dorian Gray, ce personnage tombé dans le même piège que vous (— ) on vous offre la beauté ou la jeunesse, quand vous avez du mal à vous regarder en face… Du coup, vous en oubliez qui vous êtes, vous trahissez votre âme, vous pactisez avec les forces du mal ! »

Elle aurait préféré une autre réponse (il lui plaît bien ce beau mec) mais fair-play, elle se tait et fonce. Après tout c’est SA vie. À ce stade de l’histoire, Faouzi est lui aussi pris entre deux feux, est-il vraiment prêt à faire autant de sacrifice, de renoncement de lui-même et des siens pour LA cause (qu’il ne cerne pas vraiment d’ailleurs) ?

L’auteur a su exposer deux sujets d’actualité, léger pour l’un (la télé-réalité) difficile pour le second (le terrorisme). J’ai trouvé que son approche pour chacun était très nuancée, pleine de poésie et d’humour aussi. Il ne juge ni ne condamne, c’est un roman, juste un roman. Il décrit pourtant une certaine réalité… très romancée et c’est ce que j’ai aimé. Une fin surprenante à la « Bodyguard » avec quelques surprises. Très agréable lecture.