Ecrit par l’auteur américain Jay Jay Burridge. Publié aux éditions Robert Laffont, Collection R Jeunesse le 12 octobre 2017.

Un grand merci à la maison d’édition pour cette chouette lecture !

Résumé

« C’est dans ce monde qu’est née Béa Kingsley, dont les parents explorateurs ont disparu alors qu’elle n’était qu’un bébé.
Lorsque sa grand-mère l’emmène dans des îles reculées d’Indonésie, Béa se doute que ce n’est pas uniquement pour aller voir les somptueux raptors de paradis. On lui cache quelque chose… mais quoi ? »

Mon avis

Voilà un roman sur les dinosaures franchement original ! 

Nous suivons le parcours de Béa, une jeune fille de 13 ans qui voyage avec sa grand-mère jusqu’au cœur de l’Indonésie, sur une petite île isolée. La raison officielle de cette expédition, est de voir évoluer dans leur milieu naturel les raptors de paradis, célèbres pour leurs magnifiques plumes colorées. La raison officieuse est toute autre, et Béa se retrouvera confrontée à des secrets de son passé, qui impacteront son présent et son avenir. 

Pour le côté Indiana Jones je dis oui ! Car s’il y a des gentils, il y a aussi des méchants ! Et avec une jungle comme décors, je vous laisse imaginer cette guerre faire rage entre-eux ! Pour le côté Jurrasic Park, même si évidemment il s’agit de dinosaures, je dis non. L’accent n’est pas tellement mis sur la curiosité du public à leur égard. L’accent est surtout mis sur la protection de la nature et de ses espèces naturelles. Imaginez-vous des gorilles ou une autre espèce menacée à la place de ces dinosaures… On sous-entend dans ce roman qu’ils sont utilisés comme bête de combats (comme les chiens ou les coqs), qu’ils sont utilisés comme animaux travailleurs (je pense aux éléphants en Inde, même si ces habitants-là n’ont hélas que peu d’options pour s’en sortir parfois), j’ai pensé à toutes ces espèces exotiques qu’on mutile pour rapporter de jolis trophées de nos vacances… Le thème de fond est au final assez poignant lorsqu’on lit entre les lignes. 

Nous avons aussi le thème du drame familial, lui aussi très touchant. Béa n’a pas connu ses parents, elle n’a pas de véritables souvenirs, mais vit chaque jour avec ce manque en elle. J’ai beaucoup aimé les personnages secondaires qui l’entourent et qui l’aident à aller de l’avant. Dans ce roman, nous rencontrons des locaux de l’île et des indigènes. L’auteur dresse avec dextérité des coutumes, et créé de belles différences ethniques. En cela, ce roman est passionnant ! Quant aux méchants… pour une fois ce sont de vrais méchants ! De ceux qui nous hérissent le poil, dont l’avenir n’est pas tracé d’avance. Ce récit n’est pas comique même s’il y a heureusement des traits d’humour ! Il y a beaucoup de suspens et jusqu’au bout, rien n’est joué ! Ça, c’est un point positif car bien souvent dans la littérature jeunesse, on évite de trop dramatiser les intrigues. Cela en fait un roman à la portée d’un adulte, aussi ! 

En somme, j’ai passé un excellent moment ! Je ne me suis pas ennuyée, les illustrations sont superbes, pas trop enfantines non plus. Et l’application qui permet de donner du relief aux images est idéale pour séduire les jeunes lecteurs réfractaires 😉 Un cadeau parfait pour les fêtes !