Ecrit par l’auteure américaine Danielle Steel. Paru aux éditions Presses de la Cité le 12 janvier 2017.

Un grand merci aux éditions Presses de la Cité pour cette belle lecture.


Résumé

« Carpe diem.Seule et déprimée après le décès de son mari, Stephanie ne sait plus que faire d’elle-même. Bill lui a pourtant été infidèle et leur relation s’étiolait. Elle accepte à contrecœur de partir en vacances avec deux couples d’amis et passe un séjour doux-amer. Sur la route du retour, sous l’impulsion du moment, elle se rend à Las Vegas. Après tout, personne ne l’attend plus chez elle. Elle découvre les paysages uniques du Grand Canyon et fait la rencontre de Chase, un homme charmant avec qui elle prend plaisir à discuter. Gracieusement, il lui offre des billets pour un concert. Ce n’est que plus tard qu’elle comprend qu’il n’est autre que Chase Taylor, grande star mondialement connue de la musique country. Et quand il lui propose de l’accompagner en tournée, Stephanie accepte. Après tout, personne ne l’attend plus chez elle… »


L’avis de Caïtelhor

Danièle STEEL est l’auteure contemporain le plus lu au monde. Elle a été faite Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres en 2002. Elle s’est vu décerner aussi le grade De Chevalier de la Légion d’Honneur en 2014. Danièle STEEL c’est à elle seule 800 millions d’exemplaires vendus dans 69 pays et traduits en 43 langues. Si je devais faire un top 3 des romans que j’ai adoré (choix très difficile d’ailleurs !), il serait ainsi composé ; en n°3 « Album de famille », en n°2 « L’aigle solitaire » et n°1 « Zoya », mais il y en a tant d’autres ! On sait que chaque livre est un roman d’amour, plusieurs ont été adaptés en téléfilm. Et tous ont reçu une critique favorable. On n’est jamais déçu.

Danièle STEEL a aussi créé deux fondations pour les sans-abri, les enfants abusés et les personnes atteintes de maladies mentales. C’est une femme très active mais très humaine. Sa priorité demeure avant tout sa vie de famille nombreuse qu’elle cite à la première page de chacun de ses romans.

« Musique » est l’histoire de Stéphanie, veuve d’un mari volage et dont les enfants ont quitté le nid familial. Elle se retrouve seule, plutôt dégoûtée de la vie, sans but précis et accepte de partir en vacances avec deux couples d’amis.  Sur la route du retour, elle prend la décision de changer de cap, direction Las Vegas. Elle poursuivra sa route jusqu’au Grand Canyon où elle va faire une rencontre. Chase, homme charmant et de conversation agréable. Elle va découvrir un peu plus tard qu’il n’est autre que Chase Taylor, star mondialement connue dans le monde de la country. Peut-elle vraiment décider de changer de vie ?  En est-elle capable ? Et surtout le veut-elle réellement ?

J’ai reçu ce livre avec un réel plaisir et je l’ai lu en quelques soirées. C’est ce que je nomme, une lecture « cocooning ». Du pur roman d’amour, une écriture fluide et simple, on le lit d’un trait. Celui-ci ne déroge pas à la règle ! Pourtant, à la base, je n’ai choisi ce livre ni pour sa couverture ni pour le résumé en quatrième page de couverture. Si on ne connait pas le « style » de Danièle Steel et qu’en plus on n’aime pas vraiment l’univers de la country, on détournera rapidement les yeux vers  un autre auteur et une autre histoire. Pourtant comme pour chacun de ses romans, je me suis laissée emportée dès les premières pages. Trois couples dont on retient immédiatement les prénoms, leur situation professionnelle, leurs loisirs, leur vie intime. On a l’impression de les connaître depuis longtemps, de faire partie de leur vie. « Musique », c’est avant tout le nouveau statut de Stéphanie, elle est veuve et quadra. A-t-elle encore le droit au bonheur ? A l’amour ? Comment la voit-on d’ailleurs ?

« –Équilibrée et responsable…cela me donne l’impression d’être ennuyeuse à mourir. Un peu comme une vieille voiture robuste, ou un cheval de trait. »

Sa route va pourtant croiser celle de Chase, star de country. On ne rentre pas dans les détails de ce style de musique ni sur les routes qu’ils vont parcourir. Pour l’auteure, seuls compte l’amour et les sentiments. Le dilemme de Stéphanie est simple et tellement compliqué. Doit-elle le suivre sur les routes de la musique ou s’enfermer dans son statut de « la pauvre Stéphanie » à qui on rend visite plus par pitié que par plaisir ?

« Elle souleva le poignet et lu de nouveau les mots gravés sur le bijou. Carpe diem. Cueille le jour.  C’était le principe de Chase, dans la vie.  Tout deux avaient saisi au vol les opportunités qui se présentaient.  Soudain, elle sut ce qu’elle devait faire. »

J’ai passé des heures de pure douceur en lisant ce livre qui pourtant n’est pas aussi intense en émotion que certains. Il n’empêche que deux autres m’attendent déjà ! « Une vie parfaite » et « Ambitions » que je me réserve pour les soirées détente. « Le fils prodigue » rejoindra bientôt la collection !