Déc 012018
 

Ecrit par l’auteur français Christian Laborie. Publié aux éditions Presses de la Cité, collection Terres de France, le 23 août 2018. 


Résumé

« De 1930 à 1940, la famille Rochefort, disséminée dans le monde, vit les grands soubresauts d’une époque en ébullition. Aux premiers grondements de la guerre, c’est à Anduze, fief cévenol du clan, que tous se retrouveront.
Autour d’un mystérieux personnage recouvrant la mémoire…..
De 1930 à 1940, vies et destins croisés des héritiers Rochefort. A Nîmes, Jean-Christophe, devenu le patriarche de la lignée, est parvenu à redonner un élan salutaire à l’entreprise de textile familiale. Son fils Pierre tente l’aventure américaine en créant une usine de jeans dans l’espoir de concurrencer Levi Strauss. Alix, étudiante aux Beaux Arts à Paris, s’éprend du célèbre galeriste Alexandre Muller, victime d’amnésie partielle, et l’aide à retrouver des pans de sa mémoire. Thibaud, parti en Allemagne à la recherche de la branche germanique des Rochefort, assiste, impuissant, à la montée du nazisme.
Aux premiers grondements de la guerre, tous se réfugient à Anduze, leur fief cévenol.
Quand Alexandre Muller retrouve enfin ses souvenirs, l’univers des Rochefort est bouleversé.
Qui est ce mystérieux personnage qu’un parfum de magnolia sort peu à peu de l’oubli ? »


L’avis de Caïtelhor

Merci « Terres de France » ! J’ai été ravie de recevoir ce roman du terroir, car j’ai lu récemment (et chroniqué) « la promesse à Élise » et dans « L’héritier du secret » je retrouve les membres de la saga des ROCHEFORT avec plaisir ! C’est d’autant plus agréable qu’on peut lire chaque roman indépendamment, il n’y a pas d’ordre établi et c’est sympa. D’ailleurs, je pense que je vais lire le premier tome intitulé « LES ROCHEFORT » pour remonter dans l’arbre généalogique de cette famille attachante.

On va suivre le destin des héritiers Rochefort avec à leur tête Jean-Christophe, le patriarche qui dirige l’entreprise de textile familiale. C’est une période douloureuse et fragile de l’histoire. On est projeté dans les années 1930-1940 avec une vue plus élargie à différents pays puisque certains membres ont quitté le clan de leur plein gré… ou pas ! Tel Pierre, fils aîné de Jean-Christophe parti à la conquête de l’Amérique mû du fol espoir de concurrencer Levi Strauss et ses jeans célèbres, mais surtout expédiés loin… de sa belle-mère envers qui il était très, mais très dévoué ! Thérèse la femme de Jean-Christophe prête à tout pour assurer ses arrières financiers est en effet arrivée à séduire Pierre et en faire son amant pour concevoir un enfant, après tout, le même sang coule dans les veines du père comme du fils ! Bon il est vrai que les Rochefort aiment aussi le sexe « faible » ce qui va être la source de bien des ennuis dans notre histoire.

Le second fils Thibaut part en Allemagne à la découverte d’une branche germanique des Rochefort. L’histoire remonte au XIV siècle où une partie de la famille avait émigré outre Rhin. Il tombe rapidement très amoureux de Romy sa charmante et lointaine cousine, mais le climat tendu n’est pas fait pour les couples mixtes encore moins quand ceux-ci n’adhèrent pas aux convictions politiques très fermées du pays.

Leur sœur Alix étudiante aux Beaux-Arts de Paris vit avec un galeriste Alexandre Muller, grand traumatisé de la première Grande Guerre et depuis amnésique. Son seul souvenir est d’avoir été soigné en Allemagne.

Le roman est riche en personnages quand on sait que Jean-Christophe est l’aîné d’un frère Seb et de deux sœurs Élodie et Faustine tous parents. Se greffent aussi d’autres familles les Rouvières par le mariage et les Rochefort d’Allemagne travaillant dans la métallurgie. L’arbre généalogique en première page est donc le bienvenu et je m’y suis rapportée plus d’une fois dans les premiers chapitres. Mais l’auteur a très bien structuré son livre en nous éloignant du clan des figures importantes, nous permettant de bien les cerner et d’appréhender les prémices de la guerre en devenir par différents points de vue et dans plusieurs pays. La jeunesse hitlérienne en Allemagne, l’Espagne et l’Italie qui soutiennent le mouvement nazi, la guerre en Espagne, les premiers mouvements syndicalistes et les premières grèves en Allemagne. Non, on ne s’ennuie pas, la plume de l’auteur est comme toujours agréable.

Reste l’énigme « Alexandre Muller » qui est-il vraiment ? Va-t-il à lui seul bouleverser le petit monde « presque » parfait de cette belle famille où chacun cultive son jardin secret, où certains cachent leurs fautes. Entre « paraître » et « être » à un moment, il faudra se dévoiler.

C’était le dernier tome de cette agréable saga, c’est dommage, car personnellement j’aurais bien continué l’aventure. Merci Mr Laborie.

Christian Laborie

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)

ut odio Lorem adipiscing porta. ipsum tristique eleifend vulputate, quis, libero.