Ecrit par l’autrice Marie-france Desmaray. Publié aux éditions Presses de la Cité le 24 janvier 2019.


Résumé

« En pleine nuit, Louise, 15 ans, quitte sa Vendée natale le cœur lourd… et le ventre rond. Cet enfant à naître, elle n’ose pas l’assumer face à sa famille. Grâce au soutien du prêtre de sa paroisse, Louise est accueillie par Jeanne et Auguste, couple sans enfants de Charente. En échange de l’entretien de leur maison, elle a trouvé un foyer pour élever dans de bonnes conditions sa fille Rose. C’est une toute nouvelle vie qui commence. Elle y croise le doux Marius, gabarier, et l’espiègle Juliette. Alors qu’au fil des mois, Louise se crée une solide réputation de cuisinière auprès des notables de la région, une nouvelle aventure l’appelle. Au printemps 1926, Louise, Juliette et Rose accostent au Canada. Nature hostile, population chaleureuse, le petit village de Saint-Claude leur offre l’espoir d’un avenir meilleur. »


L’avis de Caïtelhor

Merci aux amis de « Terres de France » pour le partage de ce joli livre de Marie-France DESMARAY que j’ai lu avec beaucoup de plaisir.

Louise a quinze ans lorsqu’elle quitte la Vendée. Elle est enceinte et décide de garder cet enfant illégitime, tellement illégitime qu’elle ne peut pas l’élever au sein de sa famille, alors un matin d’automne elle s’en va. C’est le prêtre de son village qui lui trouve un nouveau foyer en Charente, un couple charmant Jeanne et Auguste chez qui, en échange de l’entretien de la maison elle pourra élever dignement sa petite Rose. Des personnes exceptionnelles vont entrer dans sa vie, Juliette l’extravertie et Marius le gentil. Le statut de Louise change aussi, elle devient « Louise des cocottes » cuisinière hors pair que les gens riches de la région s’arrachent.

Mais la vie est ingrate, tout bascule pour Louise et c’est sur les terres du Nouveau Monde au Canada qu’elle pose ses maigres valises avec Rose et son amie Juliette. À Saint-Claude plus précisément dans le Manitoba dans un petit village accueillant où tout semble possible.

Marie-France Desmaray aborde plusieurs sujets difficiles relatifs à la famille. Les non-dits, la résilience, la rancœur et la honte. Nous sommes en période d’après-guerre et rien n’est facile. L’émancipation de la femme n’est pas encore à l’ordre du jour et son statut de fille-mère est difficile à assumer autant pour elle-même que pour Rose.

La plume de l’autrice est saine et simple, mais on ressent beaucoup de travail en amont, car lorsque Louise découvre la région de Manitoba on a l’impression de la connaître déjà, quand elle fait le chemin inverse direction la Vendée le sentiment est identique. Le roman n’est pas statique, des événements viennent se greffer tout au long de l’histoire de Louise, des rebondissements surviennent et on a envie de poursuivre la lecture encore et encore. D’autant plus que les dernières pages — je ne dévoilerai rien ! – m’ont agréablement surprise. Les choses s’accélèrent, le roman prend un second souffle. Les verrous sautent, les langues se délient et les corps expriment enfin leur désir !

Je lisais la biographie de Marie-France Desmaray (dont c’est le premier roman) et j’adhère à l’avis des autres lecteurs : OUI ! Il faut une suite ! Envie de retrouver Rose surtout, Louise et Juliette. Trois femmes qui devront revendiquer leur droit de femmes, qui affronteront la guerre, mais qui garderont leur joie de vivre et surtout le droit d’aimer.