DSC05995

Ecrit par l’auteur canadien Pierre Szalowski – Publié aux éditions J’ai lu le 25 août 2012

Résumé

« 4 janvier 1998, Montréal Un garçon de dix ans apprend que ses parents vont se séparer. Désespéré, il demande au ciel de l’aider. Le lendemain débute la plus grande tempête de verglas que le pays ait jamais connue. Ce déluge de glace n’empêche pas son père de quitter la maison. Mais des événements incroyables ou anodins vont faire peu à peu basculer la vie du voisinage. Julie, danseuse en mal d’amour, accueille chez elle Boris, scientifique égocentrique, qui ne vit que pour ses expériences sur les poissons; Michel et Simon, les deux « frères » si discrets, qu’on ne voit jamais ensemble, ouvrent leur porte à Alexis, leur voisin homophobe. Le grand gel va progressivement changer la vie de tous les habitants de cette rue… pour le meilleur »

Mon avis

J’ai beaucoup apprécie ce livre que je ne connaissais pas du tout ainsi que son auteur. C’est en me renseignant sur les auteurs canadiens que l’on m’a conseillé celui-ci et j’en suis ravie !

L’histoire est assez simple : une tempête de verglas qui va rapprocher les personnes aux antipodes les unes des autres. Pour l’hiver c’est un très joli conte qui se termine bien, on peu même verser une petite larme à la fin !

Tous les personnages sont assez hauts en couleurs, nous avons un panel vraiment intéressant. D’abord le petit garçon qui nous narre l’histoire, lui, il veut simplement que le Ciel fasse quelque chose pour que ses parents ne se séparent pas. Evidemment, ce n’est pas seulement sa vie qui va changer mais aussi celle de ses voisins. Nous avons Alex, son meilleur ami : un gros dur qui tape beaucoup à l’école, qui a des mauvaises notes, un père proche de l’alcoolisme et du racisme, et une mère absente. Ceux-ci vont apprendre à connaître un couple d’homosexuel dont l’un est juif. Un couple qui en onze année de vie commune ne s’est jamais montré sous son vrai jour, ils sont « frères » aux yeux de tous… Et enfin nous avons Boris, notre mathématicien russe obsédé par sa thèse sur ses poissons qui va se retrouver en compagnie de Julie, danseuse dans un bar et collectionneuse d’hommes…

Tous ces voisins qui jusqu’ici ne se connaissaient pas vont apprendre à se connaître et s’entraider alors que l’électricité se coupe au fur et à mesure dans les domiciles. Si vous voulez une lecture légère, sans morale avec seulement un peu d’amour et d’amitié, ce roman est fait pour vous ! Il ne restera peut-être pas dans les annales mais c’est un livre que je conseillerais volontiers !

15/20