Ecrit par l’auteur napolitain Maurizio de Giovanni. Publié aux éditions Fleuve le 12 mars 2015

Je remercie chaleureusement les éditions Fleuve pour ce partenariat et la découverte de cet auteur !

Résumé

« Giuseppe Lojacono ne pouvait pas espérer de plus belle mise au placard. Sa mutation à Pizzofalcone a tout d’une pénitence. Il y rejoint une équipe nouvellement constituée d’outsiders des autres commissariats de Naples. À leurs côtés, il va pouvoir exercer ses talents en toute liberté : le commissaire Palma lui fait une entière confiance et il a le soutien – et peut-être plus… – de la belle magistrate Laura Pires.
Tout ce qu’il lui faut en somme pour éprouver sa sagacité sur le meurtre de Cecilia de Santis. Une femme au cœur d’or, violemment tuée d’un coup de boule à neige. Elle qui collectionnait avec passion ces objets au kitsch désuet n’imaginait pas voir si tôt le dernier flocon se déposer au fond de l’eau calme de sa vie de femme trompée… »

Mon avis

Notre intrigue se déroule à la colline de Pizzofalcone, aussi appelée La montagne de Dieu : un quartier de Naples. J’ai beaucoup apprécié la façon dont l’auteur nous parle de ce quartier et de ses habitants. Malgré nous et grâce à lui nous nous immergeons dans cette ville qu’il dépeint de façon peu glorieuse mais à laquelle on finit par s’attacher. Moi qui n’ai jamais voyagé en Italie, j’ai été ravie de découvrir un petit bout de ce pays. C’est ma première réelle expérience avec un auteur italien outre les œuvres classiques que l’on peu étudier à l’école. Une splendide découverte !

Je ne connais pas le précédant roman de Maurizio de Giovanni : « La méthode du crocodile » où apparaît pour la première fois notre personnage principal : Giuseppe Lojacono (Je vais d’ailleurs m’empresser de me le procurer !). Je découvre donc pour la première fois, en même temps que l’Italie, cet anti-héros que j’ai beaucoup apprécié. Notre histoire se déroule au commissariat de Pizzofalcone, qui est sur le point de fermer si les nouveaux officiers qui y sont mutés ne font par leurs preuves aux yeux des habitants. Il a en effet perdu toute crédibilité depuis que les anciens policiers ont été mouillés dans une affaire malsaine.

La première enquête qui se présente à eux est le fil conducteur de notre roman : le meurtre de Cecilia Santis, une femme généreuse qui oeuvre au sein des associations caritatives. Elle est assassinée par un violent coup à la nuque. L’arme du crime ? : une boule à neige, objet qu’elle collectionne et affectionne beaucoup. En parallèle de cette affaire, d’autres enquêtes se déroulent : une femme qui semble séquestrée par un homme deux fois plus âgé qu’elle, une série de suicides qui s’apparentent davantage à des meurtres… Ces différentes affaires rythment le roman, si bien que l’on a aucune raison de s’ennuyer !

De plus, ce sont grâce à elles que se dépeignent les profils de nos officiers, tous rejetés dans ce commissariat de misère parce qu’on ne veut plus d’eux. Nous avons notre Hulk qui à les poings qui le démangent lorsqu’il interroge les suspects, une jeune femme obsédée par les armes à feux, le stagiaire pistonné qui se prend pour un héros de série B, Giuseppe Lojacono que l’on soupçonne d’avoir fréquenté la mafia, notre férue d’informatique et bien sur le beau commissaire ! Beaucoup de personnages très différents dont nous suivons également la vie personnelle.

Nous nous attachons beaucoup à eux car en parallèle de leur travail nous nous rendons compte qu’ils ont chacun des problèmes difficiles à gérer au quotidien : un enfant trisomique, la violence conjugale, l’homosexualité… L’auteur aborde tous ces thèmes au travers des enquêtes policières ce qui enrichie le roman de façon considérable. L’amour et la famille sont sont des petits fils conducteurs enchevêtrés dans un réseau d’intrigues, de mystères et de sang.

C’est un excellent thriller mais pas que ! C’est également un beau témoignage sur la nature humaine, sur les liens entre les hommes et la fragilité de ceux-ci. Je le conseille vivement à tous ceux qui veulent un dépaysement au soleil, à tous ceux qui veulent du mystère jusqu’au dernier chapitre, à tous ceux qui s’intéressent aux rapports humains. Vivement la suite ! Si ce n’est pas un coup de cœur, c’est uniquement car j’aurais aimé être encore plus surprise par le dénouement final, bien que déjà très étonnant.

4_coeurs