Ecrit par l’auteure française Clélie Avit. Publié aux éditions JC Lattès le 27 mai 2015 puis aux éditions Le Livre de Poche le 01 juin 2016.

Un grand merci aux éditions Le Livre de Poche pour cette lecture.

Résumé

« Suite à un accident de montagne, Elsa est plongée dans le coma. Tandis que ses chances de se réveiller s’amenuisent, un jeune homme du nom de Thibault pénètre par erreur dans sa chambre. Traumatisé par le sort de son frère, qui a renversé deux adolescentes en voiture, il se confie à Elsa et noue une relation avec elle malgré son mutisme. »

Mon avis

J’étais curieuse de découvrir ce roman car c’est un thème que j’aime voir abordé dans les livres. Le coma est un fait tellement incertain et finalement méconnu du corps médical. C’est un état dont il est impossible de donner la moindre certitude. Comme si nos vies ne dépendaient plus de nous mais de quelque chose de plus haut. Je trouve que mêlé à une intrigue amoureuse, c’est un élément qui tend à rendre l’intrigue forte.

J’ai lu deux livres déjà qui abordaient l’amour et le coma et je n’ai été déçu par aucun des deux. Il s’agissait de Et si c’était vrai de Marc Lévy et Si je reste de Gayle Forman. L’un comme l’autre étaient originaux de part le contexte autour des personnages mais aussi de part la nature de leur relation.

Ici, j’ai trouvé que la nature de leur relation était également originale car il ne se connaissent pas. Comme dans Et si c’était vrai. Les personnages sont étrangers l’un à l’autre mais vont à leur manière, lier une relation forte. Lui ne sait pas si elle l’entend mais lui raconte sa vie et lui parle sans condescendance. Elle, elle l’entend et apprécie qu’il ne la considère pas comme une petite chose fragile, elle ne le voit pas mais apprécie chacune de ses visites qui la change des épanchements habituels de sa famille. C’est touchant, nous avons tour à tour les points de vue de l’un et de l’autre qui se superposent. L’écriture est ainsi fluide.

Ce qui m’a dérangé c’est le manque de rebondissements. L’histoire est courte mais heureusement car on avance pas beaucoup. Au début le personnage de Thibault m’a un peu agaçé, il est malheureux mais ses jérémiades finissent pas devenir épuisantes pour le lecteur. Quant à elle, son indifférence pour le monde extérieur est assez incompréhensible. Je me dis qu’après conq mois de coma je serais toujours avide d’entendre quelqu’un entrer dans ma chambre. La psychologie des personnages n’est pas assez développée, cela aurait pourtant étoffer le roman et rempli l’intrigue au final un peu vide.

C’est un joli roman mais qui ne m’a pas convaincue bien qu’ayant des éléments intéressants. Je pense cependant qu’il trouvera aisément ses lecteurs auprès des amoureux de jolies romances.

2_coeurs