Roman écrit par l’auteur suédois Johan Théorin. Publié aux éditions Le livre de poche le 01 avril 2015

Un grand merci à cette maison d’édition pour le partenariat !

Résumé

« À Valla, en Suède, La Clairière n’est pas une école comme les autres : installée à côté d’une clinique de psychiatrie judiciaire où sont internés des criminels fous et dangereux, elle permet à leurs enfants de rester en contact – limité et étroitement surveillé – avec eux. Jan Hauger n’est pas non plus un éducateur comme les autres. Il n’a jamais raconté à personne comment s’était terminée une sortie en forêt avec d’anciens élèves, neuf ans plus tôt… ni pourquoi il a vraiment accepté le job. Il n’est d’ailleurs pas le seul à porter des secrets lourds de conséquence… »

Mon avis

 Mon choix s’est arrêté sur celui-ci car je n’avais jamais lu de polar suédois et on en parle quand même beaucoup ! Et parce que la couverture je l’ai trouvé magnifique !

Le contexte de cette histoire est la petite ville de Valla, peu d’habitants et assez méconnue hormis pour son hôpital psychiatrique qui a la réputation d’abriter des personnes connues, des « stars » ce qui attise la curiosité de bon nombre de riverains. Cet HP possède une petite école maternelle qui permet aux enfants de rendre visite quotidiennement à leurs parents par le biais d’un petit tunnel sous-terrain qui mène à une salle des visites grâce à un ascenseur. L’hôpital est un élément très fort dans ce roman. Il contribue grandement à créer cette atmosphère mystérieuse et dérangeante qui ne quitte pas le lecteur jusqu’à la fin. C’est dans ce contexte que nos personnages évoluent, notamment notre jeune puériculteur Jan Hauger.

Jan Hauger est un personnage extrêmement bien travaillé, qui à une psychologie très développée, dont on s’accapare les sentiments et son passé à travers quelques lignes. Je l’ai trouvé vraiment bien décrit, je trouve qu’il a une personnalité très forte. Pas dans le roman, car c’est un personnage très timide, mais qui provoque chez le lecteur beaucoup de sensations différentes. La suspicion est le premier que j’ai ressentie. On ne comprend pas bien sa relation avec les enfants, les éléments de son passé sont flous jusqu’à la fin, ce qui ne nous apaise pas. Ensuite vient la pitié, au vue de certains éléments de son passé, le lecteur développe de l’empathie à son encontre. Vient ensuite la colère, on ne tolère pas ce qu’il fait, on ne cautionne pas son résonnement, ni ses actes. Les autres personnages qui gravitent autour de lui sont également très intéressants et hormis un ou deux, sont très utiles à l’histoire. J’aurais aimé que le directeur de l’HP soit davantage cité et décrit car je pense qu’il aurait pu être à l’histoire, un élément intéressant.

L’intrigue est rondement menée jusqu’au bout, Jan Hauger se lance comme défi personnel de rejoindre quoi qu’il lui en coûte une personne enfermée dans l’hôpital, dans une section dangereuse. Quitte à laisser les enfants sans surveillance de nuit dans la maternelle. En parallèle, nous suivons les conspirations de ses collègues qui veulent elles aussi rencontrer le meurtrier le plus célèbre de l’HP pour comprendre un meurtre. Ça aurait pu être grandiose ! Cependant le soufflé est retombé à plat à la fin. A force de jouer avec nos nerfs, on s’attend toujours au pire, on espère que le roman va nous dévoiler quelque chose d’un peu malsain, de spectaculairement fou ! Mais non, petit à petit quand on nous dévoile les aspects les plus sombres de la vie de Jan ou des patients, on se dit : tout ça pour ça ? Je n’ai pas non plus tellement adhéré à la direction que prend l’auteur à la fin mais d’autre aimeront sûrement !

Je reste cependant sur une note positive, car la plume de l’auteur est vraiment parfaite. Il a su créer un univers dans lequel je me suis beaucoup plu! Dommage que l’intrigue ne m’ai pas convaincue davantage mais c’est une très belle découverte et je pense que je vais me procurer ses autres romans !

3_coeurs