Août 122018
 

Ecrit par l’autrice Françoise Bourdin. Publié en 2003 aux éditions Belfond puis réédité le 03 mai 2018.


Résumé

« Emma Soubeyrand est une femme de caractère qui règne en maîtresse absolue sur son commerce, le Café des Tilleuls, et ses enfants auxquels elle porte un amour quelque peu étouffant. Lorsque Vincent, le cadet, est victime d’un accident de moto, Paul, son frère, hésite à faire revenir du Brésil l’aîné des Soubeyrand, Antoine. Exilé depuis des années en raison d’un terrible secret familial, comment Antoine va-t-il réagir à l’annonce du mariage de Paul et de Marine, la femme dont il a toujours été éperdument amoureux ? Personne, à Cucuron, ne peut alors imaginer que le silence imposé par Emma à son clan, sept ans auparavant, va peu à peu se fissurer et laisser resurgir les drames du passé, sous les coups conjugués d’un mystérieux corbeau et d’un juge d’instruction particulièrement tenace… »


L’avis de Caïtelhor

Si vous aimiez les séries d’été (c’est dommage, car ça n’existe plus !) telles que « le château des oliviers » ou « les cœurs brûlés » ou encore « terre indigo » tirées des livres de notre autrice Françoise Bourdin et bien c’est le roman qu’il vous faut ! Installez-vous confortablement et laissez-vous porter, l’histoire va défiler devant vos yeux, rien ne manque à cette superbe saga de l’été 2018 : On plonge au cœur de la Provence, ça sent bon le thym et le romarin. Les couleurs flamboyantes du sud qu’on admire sur les vasques en céramique, création de la famille Bresson, le Maire. Le soleil de plomb donne le sourire aux habitants du charmant village de Cucuron, au pied du Mourre-Nègre. Mais au plus fort de la chaleur, l’après-midi on n’entend rien d’autre que le chant des cigales, chacun se calfeutre à l’intérieur de sa maison et pratique une bonne activité ! La sieste !

C’est dans ce charmant endroit que vit la famille Soubeyrand. Mieux, le clan Soubeyrand. La mère Emma, veuve, tient le café des Tilleuls. Elle a élevé ses quatre enfants, les a protégés, couvés et vit une belle histoire « libre » depuis plus de vingt ans avec Simon le garagiste. On célèbre aujourd’hui le mariage du fils d’Emma, Paul, avec Marine avec qui il vit depuis sept ans… depuis que son frère aîné Antoine a quitté la région subitement alors qu’il vivait le parfait amour avec… ladite Céline. Voilà qui annonce bien des complications, car Vincent le troisième fils est victime d’un accident de moto et Antoine revient du Brésil précipitamment au chevet de son frère. Leur petite sœur Sophie super protégée de toute la famille, on se demande bien pourquoi, est malgré tout avocate, mariée à Arnaud. Elle souhaite plus que tout avoir un enfant, mais tous les démons qui la hantent depuis sept ans n’arrangent pas la situation. Que s’est-il passé à cette époque pour que chacun en soit encore traumatisé ?

On a le décor, les principaux protagonistes, l’intrigue et cette phrase prémonitoire d’Antoine crachée au visage de son frère Paul :

« Personne n’appartient à personne. »

L’autrice a une plume très agréable, chaque personnage prend sa place, on retient les noms des fils et filles des conjoints et des enfants immédiatement, car ils sont tous liés les uns aux autres par un terrible secret de famille, on se les approprie sur-le-champ. Un corbeau fait chanter Emma depuis sept ans, depuis la fuite de son fils aîné, mais elle est forte Emma alors elle encaisse et se tait. Pourtant, un corps est retrouvé au fond d’un puits, tout part à vau-l’eau. Juge, police, interrogatoire et case prison. Entre temps, les amours de Paul et Marine sont contrariés, mensonges, tromperies, non-dits… là aussi on est pas au bout de nos surprises et pas seulement chez les enfants d’Emma, l’amour n’a pas d’âge n’est-ce pas ! Et puis Vincent qui sort du coma et que chacun veut protéger, désormais en fauteuil il va devoir se battre pour sa survie, mais le veut-il encore ?

J’ai adoré ce roman, car telle une série chaque chapitre est divisé en plusieurs saynètes de quelques pages et c’est vraiment très addictif, on s’attache à un personnage, on soulève un nouveau problème et déjà on a envie de savoir ce qu’il se passe avec les autres membres du clan. J’ai lu ce roman en trois jours, on va de rebondissements en surprises, l’histoire est bien menée, tout est cohérent et on ne s’ennuie pas !

Et contrairement à une saga télévisée qui malgré tout nous immobilise dans un fauteuil en intérieur (c’est dommage vu le beau temps !) « Un été de canicule » se glisse dans votre sac où que vous alliez, à la mer au soleil, à la campagne à l’ombre… Le seul problème est que vous aurez du mal à regarder autre chose que les pages de ce livre ! Merci à toi Rozenn pour ce partage !

Françoise Bourdin

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.