Ecrit par l’auteur français Patrick Lecomte. Publié aux éditions Préludes le 09 mars 2016.

Résumé

« 1917. Wilma, onze ans, se réveille par un matin d’hiver glacial dans la cabane qu’elle habite avec son père, trappeur dans le Grand Nord canadien. De retour d’une expédition en ville, il lui rapporte un cadeau : un livre finement illustré, Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède. C’est là, dans ces pages, qu’elle rencontre Akka, l’oie sauvage. Cette lecture va bouleverser à jamais la vie simple et rude de la jeune fi lle, qui se lance dans un combat héroïque pour la sauvegarde du plus grand oiseau migrateur d’Amérique du Nord.
Un premier roman intense et inspirant qui tisse les destins croisés d’une jeune femme passionnée et d’un oiseau mythique. Un récit envoûtant, promesse d’évasion, où la poésie de la nature rencontre la magie de l’écriture. »

Mon avis

Ce premier roman est sans aucun doute une vraie réussite. J’ai mis un petit moment avant de me plonger dans cette lecture alors que l’histoire m’a vraiment happé, c’est une très belle découverte.

L’intrigue m’a tour à tour fait pensé au roman de Susan Fletcher, Un bûcher sous la neige, de part cette ambiance froide des terres du Nord et par la solitude du protagoniste principal. Il m’a aussi fait pensé au roman de Valerie Geary, Celles de la rivière, à cause du mode de vie des petites filles, avec leur père dans une cabane improvisée en pleine nature, et à cause de cette relation père-fille suite au décès de leur mère J’ai donc retrouvé grâce à Patrick Lecomte une ambiance que j’aime beaucoup dans ce type de roman. C’est poétique, doux et féroce en même temps, la douceur des personnages est confrontée aux colères de la nature, c’est quelque chose de très bien décrit ici et de très percutant.

Wilma est une jeune fille qui se retrouve très jeune confrontée à la mort de sa mère et aux départs récurrents de son père qui est trappeur dans le Grand Nord Canadien en hiver et homme a tout-faire l’été. Elle apprend à se débrouiller, à vaincre cette solitude pesante grâce aux éléments de la nature qui font partis de son quotidien comme les éléments d’une famille. Son esprit est voyageur, elle aime les histoires de magie et de surnaturel, se passionne pour le comportement des animaux et voyage à travers les rares livres que son père lui rapporte de ses expéditions. Sa détermination se renforce à chaque saison, sa destinée est là quelque part, et ce sentiment se renforce avec la lecture du roman de Selma Lagerlöf, Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède. Ce roman parle des grues blanches, une espèce qu’elle ne connait pas et dont elle doute de l’existence. Lorsque son père lui affirme que cette espèce nidifie chaque année non loin de leur territoire, la petite fille s’enflamme. L’animal semble tellement majestueux dans son livre ! Sa première rencontre avec les grues blanches scellera son avenir et son obstination à lutter avec et pour la nature.

Les événements se succèdent et la petite fille grandit et devient une jeune étudiante américaine. Peu à peu son amour pour la grue blanche la pousse à en faire l’emblème de sa propre vie. L’espèce étant gravement menacée, elle devient militante puis se retrouve à la tête d’une réserve destinée à la protection de cet oiseau. Wilma est toujours réticente face aux citadins et à la ville, elle vivra des histoires d’amour mais aucune ne parviendra à supplanter l’oiseau cher à son cœur.  C’est un personnage très attachant, comme son père. Ils mènent chacun une vie en marge de la société. Ce sont des êtres libres qui n’écoutent que les conseils de leur âme.

Le sujet principal de ce roman est bien évidemment la sauvegarde de cette espèce menacée. Je pense que très nombreux seront les lecteurs peu soucieux d’une espèce de grue, un oiseau dont on n’entend jamais parler dans les médias. Moi la première jusqu’à la lecture de ce récit. L’auteur à vraiment bien choisi le combat qu’il devait mener dans son intrigue. Car le lecteur en apprend énormément. Parler plutôt de la grue blanche que d’une autre espèce est un choix judicieux qui permet l’ouverture d’esprit du lecteur sur un sujet sensible dont il ignore tout ou presque. Pour ma part en tout cas. Je suis réellement ressortie enrichie par ce texte, et très touchée. Je continuerais à suivre cet auteur avec grand plaisir.

4_coeurs

Patrick Lecomte

Grue blanche