Ecrit par l’auteur Jean Beaunoyer. Publié aux éditions de L’Archipel le 04 janvier 2017.

Un immense merci à Jean Beaunoyer et aux Editions  L’Archipel pour ce partage, d’autant plus que je suis une fan inconditionnelle de Céline depuis ses débuts !


Résumé

« Lorsque René rencontre Céline, alors âgée de 12 ans, il tombe sous le charme de sa voix. Leur collaboration artistique se transformera en idylle. Grâce à lui, Céline, 18 ans, remporte l’Eurovision. Majeure, elle déclare sa flamme à celui qui n’était encore que son impresario. Ils se marient en 1994.
Dès lors, le couple « à la vie comme à la scène » enchaîne les succès : Céline enregistre la musique originale du film Titanic, elle collectionne les récompenses, remplit les salles de concert à Las Vegas et en tournée.
Même dans les périodes de doute et de déprime, tous deux continuent à se serrer les coudes. Malgré le cancer de René, diagnostiqué en 1998 et en dépit de la difficulté de Céline à tomber enceinte. Quand la santé de René décline, Céline, abandonnant un temps les concerts et les enregistrements, reste à ses côtés.
Après la disparition du producteur, le 14 janvier 2016, Céline Dion, pour leurs trois fils, continue à faire front et repart en tournée. The show must go on. Elle en a fait le serment à René.
Fruit de mois d’enquête et d’interviews de proches, cette biographie raconte, au-delà des clichés et des rumeurs, la véritable histoire d’un couple déjà entré dans la légende. »


L’avis de Caïtelhor

Comme ce livre n’est pas le premier que Jean Beaunoyer écrit sur Céline et René (c’est le troisième), j’avoue avoir été plutôt curieuse quant à son contenu. Car il est vrai qu’on sait tout sur ce couple mythique Je connais la plume de l’auteur (Céline Dion, une femme au destin exceptionnel –Editions de l’Homme 1998 ), simple et honnête en ce qui concerne Céline et les siens. Lorsqu’on aime Céline, comme je l’aime, on n’attend pas de scoop qui écorche l’artiste, la femme ou la mère de famille. On ne veut pas d’histoires de drogue, de soirées déjantées ou d’adultère. Céline le dira elle-même : « Je n’ai pas de scandale à raconter. Je ne prends pas de drogue, je ne suis pas alcoolique, je ne cours pas les aventures. Je sais que ça peut décevoir certains journalistes à sensation, mais je n’ai pas envie d’inventer des choses pour faire vendre un journal. Dans un monde idéal, il n’y aurait pas de secrets, donc pas de rumeurs, pas de potins. »

Jean Beaunoyer a bien cerné la famille Dion et le couple hollywoodien que formait Céline et René. « Le rêve de cette famille est un rêve fait de musique, de fête et de marginalité. Les Dion sont des oiseaux de nuit, des gens peu enclins à vivre comme tout le monde. Au départ, tous sont des Céline Dion ; mais seule Céline est devenue une star ».  Il est entré dans leur vie, dans leur cœur et à travers ce superbe livre on va suivre toute leur vie, telle une saga. Flash-back sur Céline à peine sortie de l’adolescence à la femme d’aujourd’hui, veuve, mère de trois beaux enfants et star interplanétaire.

Je lis les premières pages et je repense immédiatement à la dernière chanson que Jean Jacques Goldman a écrite pour Céline « Encore un soir », lui qui avait déjà tout écrit sur elle. Il a su capter les émotions de Céline, alors qu’il s’agissait de coucher sur le papier la mort de René. Jean Beaunoyer a réussi son challenge aussi, à sa façon. Le premier chapitre m’a beaucoup émue ; René s’évade de son corps, enfin il n’a plus mal. Il est libéré. Il va revoir chaque membre de sa famille, je les découvre, c’est émouvant. Les lumières de sa vie s’éteignent les unes après les autres, on suit ses pas du petit cabaret « le vieux baril » où se produisaient les Dion, à sa grand-mère Nour qui est imbattable aux jeux de cartes. Des Baronnets à la musique arabe de son père. Des femmes de sa vie à LA femme de toute sa vie. Tout devient noir, « Allô, Céline, je voulais te dire que je t’aime ! »  Il ne sait plus vraiment où il est, au Colloseum peut être ou « ailleurs, là où la vie vous accorde une toute dernière récompense avant le grand départ ». Il tend les bras vers elle, il n’attrape que du vent, il tombe. La musique s’arrête. Rideau. Il est 3h20. J’avoue j’ai pleuré.

On va alors marcher dans les pas de sa petite protégée de 12 ans qui deviendra sa femme dans la cathédrale de Montréal et la mère de ses enfants adorés. On connait tout déjà c’est vrai. Mais dans ce livre l’écriture de Jean Beaunoyer est très intime, il me donne l’impression de s’excuser d’être indiscret (surtout lorsqu’il parle du lieu de la dernière demeure de René) ou par des propos ou des anecdotes inédites pour certaines. Mais en aucun cas il sera blessant ou voyeur. René était un homme d’une grande humanité et d’une grande sensibilité, son amour pour Céline était sans limite. Céline, on le sait, est une femme déterminée, optimiste et amoureuse de son homme.

Le livre de Jean beaunoyer est un hommage à deux icônes unis par l’amour de leur métier et encore plus par la force et la foi qu’ils ont puisé l’un dans l’autre.  René lui a tout donné et elle n’a chanté que pour lui.

Merci pour ce partage très émouvant, je me suis laissé emporter par l’amour, ça fait du bien et que dire de plus que : « René, depuis plusieurs années, je garde notre rêve merveilleux au plus profond de mon cœur, mais c’est devenu trop puissant pour rester en dedans de moi… Donc, après toutes ces années, permets-moi de te dire la vérité et de montrer mes sentiments : RENE, TU ES THE COLOR OF MY LOVE »