Ecrit par l’auteure américaine Bonnie Macbird. Publié aux éditions City le 03 février 2016.

Un grand merci aux éditions City pour cette magnifique découverte !

Résumé

« Londres, 1888. Sherlock Holmes est déprimé après une enquête désastreuse. Même son fidèle Watson ne parvient pas à le sortir de la léthargte,. dans laquelle l’enquêteur de choc s’enfonce : Jusqu’au moment où une lettre lui parvient depuis la France. Elle est signée de Mademoiselle La Victoire, une star de cabaret, qui a besoin de l’aide de Holmes. Le fils illégitime qu’elle a eu avec un lord anglais vient en effet d’être enlevé. A Paris, Holmes découvre que cet enlèvement’ n’est que la partie émergée d’une affaire tentaculaire. Une inestimable statue a été dérobée et des enfants employés dans une usine de soie disparaissent les uns après les autres. Les indices conduisent à un seul et même homme qui semble intouchable. Et extrêmement dangereux… »

Mon avis

C’est toujours avec une immense joie que je me plonge dans les aventures de Sherlock Holmes, j’ai rarement été déçue par les revisites d’auteurs, encore une fois j’ai adoré !

L’ambiance est très fidèle à l’univers de Sire Arthur Conan Doyle, le 19ème siècle est très bien représenté, d’autant qu’une grande partie de l’intrigue se déroule non pas à Londres mais à Paris. C’est agréable d’avoir un décors un peu différent, là est la touche de l’auteure également. L’ambiance de l’époque victorienne est palpable, des faubourgs parisiens, aux bars et cabarets, jusque dans les hôtels et les ports londoniens, c’est un vrai régal !

L’histoire est relatée par son fidèle acolyte le Dr Watson qui joue également un rôle très important dans cette enquête. Les protagonistes sont ici tous attachants, Sherlock est ses mauvaises habitudes font de lui un homme pour lequel on ressent beaucoup d’empathie. Il peut avoir beaucoup de défauts, il se drogue, il est léthargique et têtu mais possède ce raisonnement qui lui est propre et qui font la grandeur de son personnage. Le Dr Watson que j’ai parfois vu assez effacé dans certaines réécritures joue un rôle clef ici, Sherlock ne peut se passer de son ami et j’ai beaucoup aimé la relation que l’auteure a instauré entre eux. Parmi les protagonistes secondaires nous retrouvons Mademoiselle La Victoire, une grande chanteuse de cabaret, et son ami et amant Vidocq, qui semble jouer un double-jeu…

L’intrigue est également différente de ce que j’ai pu lire auparavant, plusieurs enquêtes sont liées : le vol d’une célèbre statue qui a déjà causé quatre morts, la disparition du fils de Mademoiselle la Victoire, mais également le viol et le meurtre de quatre jeunes garçons mineurs… Le thème de la pédophilie est rarement exploité dans les histoires Holmésiennes, c’est assez déconcertant et en même temps très prenant, l’enquête est très approfondie et la tension très palpable tout au long du récit. Peu d’indices nous sont dévoilés avant le dénouement final qui est à la hauteur du texte et de nos attentes.

Le rythme est également très agréable car les chapitres sont courts, l’écriture très fluide et les temps morts absents !

Un coup de cœur donc pour moi et je le recommande vivement à tous les amateurs du genre et fans du personnage !

5_coeurs

Bonnie Macbird