Déc 192014
 

Ecrit par l’auteure américaine Gail Carriger de son vrai nom Tofa Borregaard – Publication en France le 02 novembre 2011 chez Orbit

Résumé

« Un jour qu’elle se réveille de sa sieste, s’attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, elle le découvre hurlant à s’en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication… laissant Alexia seule aux prises avec un régiment de soldats non humains, une pléthore de fantômes exorcisés, et une reine Victoria qui n’est point amusée du tout. Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête ! »

L’univers du roman

Nous retrouvons ici nos dirigeables et nos gadgets en tout genre !!

« Maintenant qu’elle pouvait les voir de plus près, les gadgets qui parsemaient le cabinet des inventions de Mme Lefoux lui paraissaient stupéfiants. Il semblait y avoir une chaîne de montage complète de verribles à demi assemblées, et un appareil gigantesque qui paraissait constitué des entrailles de plusieurs moteurs à vapeur soudés. »

Déjà avec ça le livre commence bien !! Ensuite nous assistons à l’apparition de l’ombrelle que l’on rêve (toute) d’avoir ! cuivrée et splendide (j’imagine!). Elle permet de créer un champ de disruption : qui anéanti toute technologie pendant plusieurs secondes. Ensuite, elle émet une fine brume ainsi qu’une vapeur toxique, le lapis solaris, auquel sont sensibles les humains et les vampires ! et bien d’autres choses encore ! Je vous laisse le soin de lire de quoi il s’agit 😉

On fait également un voyage en dirigeable en temps réel ! Fabuleux ! Mais on a nous aussi le mal de l’air !

Nous voyons autre chose que le Londres victorien, à nous l’Ecosse ! C’est dépaysant et intriguant ! Les Highlands font toujours cet effet-là dans les romans je crois… 🙂

Les personnages

Cf ma chronique sur le premier tome 😉 pour les personnages principaux mon avis de change pas !

Notre Alexia est toujours aussi téméraire et déroutante et on l’adore !

Mlle Hisselpenny endosse dans ce tome-ci un rôle beaucoup plus intéressant, son personnage est plus complexe (tout comme ses chapeaux!) et plus étoffé. C’est agréable de voir évoluer les personnages secondaires au fils des romans. Même remarque pour le porte-clef de Lord Maccon : Mr Tunstell. Il ne fait pas un bon porte-clef mais c’est un acteur transi d’amour auquel on ne peut refuser toute notre sympathie !

Félicité, son horrible sœur est également très présente ici, on a une opinion a son sujet toujours aussi mauvaise. Le seul hic, c’est qu’elle soit évincée en grande pompe lors du grand dénouement final,dommage alors qu’elle est tellement présente au début !

On rencontre bien évidemment Mme Lefoux, grande nouveauté dans ce roman. C’est un personnage auquel on s’attache beaucoup, qui s’habille comme un homme, fabrique des objets scandaleusement extraordinaires et qui a certains penchants pour la gent féminine. Disons le clairement, j’apprécie beaucoup que l’homosexualité, bien qu’évoquée qu’a demi-mesure, soit bien présente dans cette saga ! Lord Akeldama y contribue fortement aussi 🙂

L’intrigue

Tout comme dans le premier tome, l’intrigue est très bien orchestrée. On voyage en Ecosse, on rêve de l’Égypte ancienne, les momies et les hiéroglyphes parmi les loups-garous, les fantômes et les vampires c’est juste phénoménal !

On découvre l’ancienne meute de Conall Maccon, et on apprend également beaucoup de chose sur son passé, sur la façon dont on procède pour une transformation de loups-garous (peu ragoutante d’ailleurs !)

On apprend également, par ce sinueux cheminement jusqu’au dénouement, des petites choses sur la condition de paranaturelle d’Alexia.

Sans vouloir spoiler, mon gros point négatif est ce dénouement rapide et beaucoup trop riche en informations. Il faut relire une ou deux fois certains passages pour bien comprendre la logique d’Alexia ! Mais lorsqu’on a tout compris, on remballe pour le tome 3 !

Histoire
18/20
 Je reste sur une impression un peu plus glorieuse du tome 1 où l’on découvre tout et où l’histoire est captivante car elle met en scène tous les rouages de la saga. Je passe donc de 20 à 18 🙂 Il n’en reste pas moins, que l’intrigue est vraiment captivante ici aussi et qu’elle a le mérite de nous faire voyager !
Personnages
19/20
 Mme Lefoux est un personnage crucial ici et qui à l’air de rester présente encore un peu par la suite. Elle est vraiment bien imaginée! Les autres sont tous beaucoup plus étoffés et c’est vraiment très surprenant et très agréable !
Ambiance
16/20
 Steampunk toujours, on assiste même à un exorcisme de notre chère Alexia en plus de la transformation d’un loup-garou ! L’ambiance, est drôle, pleine de rouages et de mécanismes, on oubli de suite le 21ème siècle qui nous parait bien ennuyeux à côté d’une époque victorienne pleine de créatures fascinantes !
Qualité d’écriture18/20   Mme Carriger, à une plume divine. Ce livre est davantage conseillé à des jeunes adultes ou bien des adolescents bien endurcis car le descriptif des mécaniques et les expressions et codes du 19ème sont parfois compliqués à suivre !
17.75/20

  2 Responses to “Sans formes tome 2 – Le protectorat de l’ombrelle – Gail Carriger”

  1. […] Steampunk chronicles, tome 1 : L’Étrange pouvoir de Finley Jane, Kady Cross. – Le Protectorat de l’ombrelle, tome 1 : Sans forme, G. […]

  2. […] – Le Protectorat de l’ombrelle, tome 1 : Sans âme, G. Carriger. – Le Protectorat de l’ombrelle, tome 2 : Sans forme, G. Carriger. – Le Protectorat de l’ombrelle, tome 3 : Sans honte, G. Carriger. […]

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)