Juin 252016
 

Ecrit par l’auteure française Emilie de Turckheim. Publié aux éditions Héloïse d’Ormesson le 20 août 2015.

Résumé

« Tom Elliott est le propriétaire de l’unique supérette de Shellawick, petite ville du Midwest où le chômage et l’alcoolisme font des ravages. Seule l’usine de pop-corn du groupe Weeping Bison permet à la région de survivre. Un jour, un immense supermarché décide de s’implanter face au magasin de Tom. »

Mon avis

Deuxième roman d’Emilie de Turckheim que je lis après « La disparition du nombril ». Une seconde fois, l’auteure à réussie à me séduire !

L’auteure nous dépeint ici une facette de la société américaine. L’intrigue se situe dans le Midwest, à Shellawick, petite ville désertique emplie de cailloux noirs, de poussière et d’une poignée d’habitants résistants et résignés. J’ai trouvé que le décors était très bien décrit, on étouffe sous la chaleur en même temps que les habitants, on est gêné par les rafales de poussières chaudes, on a même envie de balayer nos entrées et de nettoyer nos vitres opaques.

Nous découvrons une panoplie de personnages très charismatiques. Tom Elliott est un métissé, son père, célèbre barbier depuis décédé était un blanc marié à une femme indienne. Dans l’ancien local de son père il tient une supérette : « Le Bonheur », qui ravit les habitants. Sur l’ancien fauteuil de barbier, les gens s’assoient et se confient à Tom. Celui-ci s’inspire de ce quotidien pour remplir des pages d’annuaires de Haïku, petits poème japonais de trois lignes que lui inspirent les habitants. Matt son ancien instituteur est un personnage clef de ce roman également. C’est en quelque sorte un mentor pour Tom, bien que son allure aujourd’hui soit celle d’un homme dépravé, ses conseils restent précieux. Le maire est également haut en couleur, c’est un homme corpulent et borgne, à genoux devant les représentants de la ville voisine, Cornado, qui rafle tous les commerces de Shellawick. Enfin, Emily Dickinson, danseuse bien en chair qui offre du plaisir aux hommes, est un peu simple d’esprit mais pleine de charme aux yeux de Tom…

Cette galerie de personnages apporte au récit tous les points de vue nécessaires pour aborder les thèmes de fond du roman : l’anéantissement de la population amérindienne et la corruption des citoyens par l’abondance de la société de consommation.

Car c’est comme ça que se nomme le monstre qui débarque à Shellawick : Horn of plenty, la corne d’abondance. Un supermarché climatisé où les courses se règlent à crédit, où tous les articles sont déclinés en cent marques différentes, et beaucoup moins chers qu’au Bonheur de Tom. L’arrivée de ce commerce détruit peu à peu ses espoirs et ses rêves de réussite, bien que dans son malheur il trouvera la porte de sortie pour une vie meilleure. Grâce à l’amour et surtout à ses poèmes, dont l’un d’entre-eux lui vaut une grande notoriété dans le secteur musical.

Ce roman est plein de charme, j’ai eu un peu de mal à m’immerger dedans, il aura fallu tourner quelques pages, mais une fois lancée dans l’intrigue, je l’ai dévoré ! La plume d’Emilie de Turckheim est poétique bien que parfois dure et incisive. Elle met le crayon où il faut pour susciter une réaction chez son lecteur et fait mouche à chaque fois ! Malgré mes réticences à me procurer ce roman, du fait déjà que la couverture ne m’inspirait pas beaucoup, je ressors ravie de cette rencontre avec les habitants de Shellawick !

3_coeurs

Dédicacé par l'auteure lors du Salon du Livre de Vannes, 2016.

Dédicacé par l’auteure lors du Salon du Livre de Vannes, 2016.

  2 Responses to “Popcorn Melody – Emilie de Turckheim”

  1. Je veux le lire depuis sa sortie… Il faut que je voie s’il n’est pas dispo en bibliothèque !

    • Il vaut le coup quand on aime la plume de cette auteure ! C’est particulier, comme je l’ai dit j’ai mis un peu de temps avant d’être à fond dedans mais les personnages sont très attachants !

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)