Ecrit par l’auteure française Amélie Nothomb. Publié aux éditions Albin Michel le 20 août 2014 et aux éditions Le Livre de Poche le 01 janvier 2016.

Un grand merci aux éditions Le Livre de Poche pour ce partenariat.

Résumé

« « Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. » »

Mon avis

« Pétronille » est un récit semi-autobiographique où l’auteure nous conte l’histoire invraisemblable d’une amitié axée sur l’absorption de champagne. Eh oui, fort loufoque une fois de plus, le roman n’en reste pas moins dénué d’intérêt en ce qui me concerne.

Amélie Nothomb nous raconte sa rencontre avec une jeune fan, alias Pétonille, alors qu’elle est en quête d’une compagne de beuverie. Cette rencontre tombe à point nommé et Amélie Nothomb rencontre son âme-sœur de champagne. Certes le roman comporte quelques scènes assez cocasses qui nous arrachent quelques sourires : le voyage au ski, la rencontre avec la méprisante Vivienne Westwood. L’auteure nous raconte son succès qu’elle vit de manière très humble, et en parallèle, la montée fulgurante dans le monde littéraire de Pétronille (Stéphanie Hochet).

Non seulement le champagne est présent mais le rapport aux livres également. Nous apprenons par bribes de quelle façon et dans quelles conditions un auteur travaille. Le dénouement final est bien sûr de la fiction et j’ai trouvé cette fin inintéressante et inappropriée à ce récit. Si l’on s’ennuie de ce morceau de vie qui n’est pas très passionnant, alors une fin qui tient en une page et qui est à ce point passé à la trappe, à finit d’achever mon intérêt. J’imagine qu’aucune ligne n’est laissée au hasard de la part d’une auteure comme Amélie Nothomb que j’apprécie d’ailleurs énormément mais là je me demande quel était au final le but de cette ouvrage pour le lecteur. Je préfère grandement ses récits de fiction comme « Hygiène de l’assassin » qui était vraiment mémorable.

Je ne suis évidemment pas mécontente d’avoir lu ce récit car la plume de l’auteure est réellement unique mais un tel talent aurait du garnir davantage cette intrigue qui aurait pu être plus drôle, plus à même de susciter une réflexion quelconque.

2_coeurs

 

A lire également :

L’interview de Stéphanie Hochet sur le site salon-littéraire.com . Propos recueillis par Loïc Di Stefano.

©Thierry Rateau