Déc 262017
 

Ecrit par l’auteure Catherine Loiseau. Publié aux éditions Hydralunes, un collectif d’auteurs passionnés. Sorti le 08 septembre 2017.

Un grand merci à l’auteure pour sa confiance.


Résumé

« Automne 1890 Sainte-Victoire, la capitale de Kerys, connaît une paix relative : les brigades du mercure veillent au grain, contiennent les attaques d’Abominations et scellent les failles par lesquelles ces féroces créatures apparaissent. Cette fragile quiétude vacille quand une bombe explose au cœur de la ville. L’enquête de la police semble impliquer un mécanicien des brigades du mercure. Le capitaine Honoré Rocheclaire doit faire la lumière sur cet incident. Mais rapidement, l’affaire prend des ramifications inattendues. Pourquoi des ressortissants austréniens, nation en froid avec Kerys, se mêlent-ils de la partie?? Que cache Maximilien Rocheclaire, le brillant oncle d’Honoré?? Pourquoi les Abominations, qui jusque-là s’étaient tenues tranquilles, recommencent-elles à attaquer?? Face à ces questions, les certitudes que les mercuriens tenaient pour acquises pourraient bien voler en éclats… Ceux du mercure est le premier tome d’une trilogie alliant univers steampunk et horreur lovecraftienne, le tout avec une bonne dose d’humour et des personnages au caractère bien trempé. Au programme : aventure, action, Abominations, corsets et hauts-de-forme! Catherine Loiseau est une auteure nordiste de fantasy, science-fiction et steampunk. Elle a publié de nombreuses nouvelles, ainsi qu’une série steampunk humoristique : La Ligue des ténèbres. Quand elle n’écrit pas, elle partage son temps entre la couture de vêtements d’inspiration victorienne et l’apprentissage de l’escrime de la Renaissance italienne. »


Mon avis

J’avais déjà lu le tome 1 (première intégrale) de sa série La ligue des ténèbres que j’avais énormément apprécié. J’avais fait avec cette auteure, mes premiers pas dans l’univers steampunk en littérature. Un coup de cœur s’en est suivi ! C’était également l’un des premiers livres auto-édités que je lisais, quelle fierté pour moi de soutenir des auteurs avec de tels talents !

Lorsqu’elle ma gentiment proposé l’ebook de ce roman j’ai sauté sur l’occasion ! J’ai lu une centaine de pages… Et j’ai acheté le roman papier avec en plus le recueil de nouvelles : Nouvelles de Kerys, qui se situe dans le même univers. Catherine Loiseau m’a sympathiquement dédicacé les deux ouvrages avec en plus, marque-page et carte postale ! Une jolie surprise !

Pour en revenir au roman… Il contient tout ce qui me plait ! J’ai mis longtemps à le lire (faute de temps) mais au final, je l’ai savouré encore plus !

Des personnages hors-normes 

Nous suivons un groupe de Kerysiens, habitants de l’île de Kerys. Nous sommes dans la caserne sud de Sainte-Victoire, jolie ville pittoresque, cible des créatures, qui y pénètrent par des failles (des sortes de portails). Je ne peux en dévoiler plus, il y a trop de détails importants à découvrir en le lisant 😀

Ils sont menés par le capitaine Honoré Rocheclaire, un homme vaillant, au charme indiscutable et loyal envers son équipe et sa ville. Le roman est cependant, indéniablement, tourné vers les femmes. Ce sont elles les médecins, elles les physiciennes, elles les combattantes. L’auteure leur fait une place de choix, elles sont au cœur des décisions et de l’action. J’ai beaucoup aimé Artémise que l’on apprend à découvrir au fil des pages. En la présence d’Erika, elle s’affirme et s’offre au monde, malgré sa différence, malgré les préjugés. La plantureuse Erika, est loin d’être seulement une belle plante 😉 C’est une femme déterminée et tourmentée par son passé. Elle joue de ses charmes pour atteindre ses objectifs. Elle est calculatrice et manipulatrice. Cependant, elle a aussi des faiblesses, on lé découvre humaine et dans l’empathie au fur et à mesure du récit.

La relation entre l’automate Ripley, et son créateur, un vieux savant fou (pas tant que ça au final 😉 ), est très touchante. Je pense que ce personnage, Maximilien, est celui qui m’a le plus conquise.

Mon seul bémol est l’image du triangle amoureux, je n’aime pas ce schéma habituellement mais il est bien exploité ici.

Du steampunk !

L’histoire est proche en effet de l’univers de Lovecraft et les monstres apocalyptiques, qui débarquent d’un monde parallèle, sont extrêmement bien décrits. Tous les auteurs, mêmes les meilleurs, n’ont pas une plume visuelle. Catherine Loiseau possède cet atout. Il lui suffit de peu de descriptions pour nous ancrer une image en tête. C’est vraiment admirable. Ils m’ont fait froid dans le dos, d’autant qu’au final on ne sais même pas à quoi il ressemble réellement. J’ai eu une petite pensée pour la série Stranger Things je l’avoue 😀

Catherine Loiseau nous offre un roman steampunk teinté d’humour, d’amour aussi.

Autre élément qui m’a interpellé : sa façon de décrire les phénomènes liés à la physique, je pense à l’électricité. C’est tellement bien raconté que ça rajoute encore plus de crédibilité à l’histoire, sachant que nous sommes en 1890 ne l’oublions pas ! Je pense aux premiers prototypes de radios aussi et bien sur aux dirigeables, indispensables à toute histoire du genre 😀

En bref mais quand même…

Il me tarde de découvrir la suite !!

  One Response to “Ceux du mercure – Catherine Loiseau”

  1. Je ne connaissais pas, merci pour cette découverte ! 🙂

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.