Avr 292016
 

Ecrit par l’auteure française Cécile Duquenne. Publié aux éditions Voy’el le 24 avril 2012.

Résumé

« Népomucène, préposé à la morgue, mène une vie tranquille et nocturne en compagnie de Bob, vampire d’environ 150 ans d’âge. Lorsqu’il manque devenir la cinquième victime d’un mystérieux assassin, son ami de longue date mène l’enquête. L’immortel est certain qu’une autre créature surnaturelle a commis le massacre. »

Mon avis

Définition : Nécrophilie : nf, Déviance sexuelle caractérisée par une attirance morbide pour les cadavres.

J’étais vraiment très curieuse de découvrir ce titre. J’avais énormément apprécié La Tour du même auteure, qui par ailleurs, est vraiment très proche de ses lecteurs sur les réseaux sociaux. De plus, la maison d’édition Voy’el propose beaucoup de titres très intéressants et peut-être bientôt des livres de coloriages pour adultes : Le projet ICI. Je n’ai donc pas été déçue de mon choix et j’ai même commandé les tomes suivants 😀

Nous faisons ici la rencontre avec un personnage très simple, Népomucène. A ceci près qu’il travaille de nuit dans une morgue et que son meilleur ami n’est autre que Bob, un millénaire et séduisant vampire. Bob a élu domicile dans une partie innocupée de la morgue et grâce à ses dons de persuasion, impossible pour lui de se faire remarquer ! Les deux amis mènent donc une vie peu ordinaire mais tranquille dans toute l’intimité de leurs liens amicaux. Cependant, quatre des collègues de jour de Népomucène vont être retrouvés morts, déchiquetés, dans un état vraiment impossible à qualifier. Le sanglant meurtre ne passe pas inaperçu et alors que tous se demandent quel psychopathe peut être sombre à ce point, Bob a sa petite idée…

Au fur et à mesure de l’intrigue des personnages font surface, Basil, un excentrique brocanteur et Edgar, un taxidermiste complètement sous le charme de la belle et sulfureuse journaliste Mallory. Notre quatuor masculin va se lancer sur la piste de la créature surnaturelle qui semble être à l’origine de ces meurtres, aidés par la belle journaliste. Mais le coupable se trouve certainement parmi eux, attention à vos arrières !!

J’ai beaucoup apprécié ce court roman (185 pages). La plume est toujours aussi fluide et va droit au but. Pas de temps morts dans cette histoire, le suspens nous tient en haleine jusqu’à la fin bien que l’on se doute rapidement de l’identité de l’assassin. Il n’y a rien de très novateur ni dans le style, ni dans l’intrigue. J’aurais aimé que ce terme de « Nécrophile » présent dans le titre, le soit davantage dans le récit. Ce qui a été nouveau pour moi c’est un début d’idylle masculine, je n’ai pas l’habitude de lire des romans où l’homosexualité est présente bien qu’ici elle soit très superficielle. Ce qui ne me dérange en rien mais j’aurais aimé que ce thème soit davantage exploité, le récit aurait été ainsi plus étoffé.

Cependant, les personnages ne manquent pas de caractère et l’intrigue est tout à fait crédible. Une histoire surnaturelle bien ancrée dans notre société actuelle, c’est un bon roman d’urban fantasy avec quelques notes d’humour et des idées avancées sur le monde des vampires et des lycanthropes très intéressantes. J’ai hâte de découvrir les autres tomes et la maturité de la plume. J’ai remarqué que chez beaucoup de jeunes auteurs, la plume évolue rapidement d’un roman à l’autre, c’est passionnant pour un lecteur de découvrir ces prouesses littéraires. Je vous recommande donc ce roman sans hésitations ! Gros coup de cœur pour les illustrations signées Jéremie Fleury, un excellent illustrateur !

4_coeurs

Prochaines chroniques : 

Tome 2 - Fiche du livre

Tome 2 – Fiche du livre

Tome 3 - Fiche du livre

Tome 3 – Fiche du livre

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.