Ecrit par l’auteure allemande Annelie Wendeberg. Publié aux éditions Presses de la Cité le 12 mai 2016.

Je remercie chaleureusement Presses de la Cité pour cette superbe découverte

Résumé

« Londres, 1889. Quand une victime du choléra est retrouvée dans la Tamise, le Dr Anton Kronberg, bactériologiste de son état, est appelé pour confirmer les causes du décès. Toutes les précautions sont prises pour éviter une épidémie. Les choses auraient pu en rester là si les résultats intrigants de l’autopsie n’avaient poussé Kronberg à s’intéresser de pus près à cette affaire. Alors que Scotland Yard souhaite classer le cas, Kronberg se rapproche de Sherlock Holmes. Et il ne faut que peu de temps au célèbre détective pour percer le secret du médecin qui, en réalité, est… une femme. Un secret qui pourrait la mener droit en prison s’il venait à être révélé. Mais tous deux vont unir leurs forces pour débusquer un criminel aussi redoutable que Jack l’Éventreur… »

Mon avis

Malgré les coups de cœur que l’on peut avoir dans une année livresque, peu de romans nous font cet effet de grande découverte. Celui-ci fait partie des miennes. Je suis réellement passionnée par le Londres victorien dans la littérature, fan de Sherlock Holmes dans l’oeuvre d’Arthur Conan Doyle mais aussi dans celle de d’autres auteurs tel que Nicholas Meyer. Si cette auteure continue de nous offrir ce décors dans ses prochains romans, je pense qu’elle comptera parmi mes auteurs favoris !

Nous voilà donc une année après les massacres de Jack L’Éventreur qui eurent lieu en 1888. Londres est encore sous le choc de ces assassinats sordides et Scotland Yard encore fragilisé. C’est dans cette ambiance que de nouveaux cadavres apparaissent dans la Tamise. Si aux premiers abords les morts semblent avoir été victimes du choléra ou du tétanos, d’autres éléments viennent réfuter ces hypothèses. L’état des cadavres ne concorde pas avec une phase terminale de l’une de ces maladies. Parce que les victimes paraissent pauvres et sans familles, la police veut clore rapidement cette enquête, inutile d’alerter la population, les cadavres dans la Tamise sont récurrents à cette époque. C’est sans compter sur le Dr Anton Kronberg, où plutôt Anna Kronberg ! Qui se fait aider par Sherlock Holmes pour résoudre cette étrange affaire.

J’ai trouvé l’intrigue vraiment passionnante, l’auteure nous dévoile beaucoup d’éléments concernant les études en bactériologie et épidémiologie au XIXème siècle. Par ailleurs, l’intrigue se base beaucoup sur le rôle de la femme dans la société victorienne. Elle n’a aucun accès aux études supérieures, alors exercer en tant que médecin dans un hôpital réputé est inconcevable et Anna risque très gros en se travestissant. Seul Holmes et Watson sont dans la confidence.

« N’était-ce pas moi après tout, la curiosité ?  Moi, la femme qui se faisait passer pour un homme. J’étais médecin, scientifique, et Scotland Yard me sollicitait parfois. En ce moment, je tentais de résoudre un crime dont la police ignorait tout, et je travaillais sur cette affaire avec Sherlock Holmes, tout en couchant avec un voleur très doué qui me prenait pour une infirmière. Et par-dessus le marché, je possédais un pénis monté sur un harnais. »

Le personnage d’Anna est très attachant, elle lutte beaucoup pour se forger une personnalité mais elle a du mal à jongler avec ses deux identités. C’est une femme brisée au passé très dur, on comprend pourquoi elle se sent aussi bien en homme, elle ne risque pas les violences faites aux femmes dans cette période trouble. Elle se passionne pour son métier et prend également de gros risques pour se faire accepter d’un groupe de scientifiques aux pratiques douteuses pour résoudre cette affaire. Elle domine la majorité du roman. Holmes est dans son sillage mais il n’est pas le personnage principal de cette enquête donc cela change un peu aussi, c’est une femme qui tient les rênes ! Cependant, j’ai beaucoup apprécié la façon dont l’auteure nous présente Holmes, à cette époque où il vit seul car Watson est en ménage avec son épouse. C’est un homme qui reste froid et distant mais qui éprouve un grand respect pour cette femme hors du commun. Irène Adler est évoquée, comme la seule ayant suscitée l’intérêt du détective mais elle sera bien vite oubliée. L’histoire de Holmes et d’Anna Kronberg ne fait juste que commencer ! 

« Tout à coup, mon cœur si peu raisonnable quitta ma poitrine pour aller s’installer dans la sienne. Je me demandai s’il avait remarqué le poids supplémentaire. »

L’écriture est fluide et le roman se lit très rapidement. Aucun terme trop compliqué n’est exploité et les descriptions médicales restent tout à fait abordables pour chaque lecteur. C’est un excellent thriller qui ravira les amateurs du genre tout comme les passionnés de cette période historique.

Annelie Wendeberg nous fait donc rêver à une idylle improbable ! Il me tarde de connaître la suite de leurs aventures car au vue de la fin ouverte du roman, il me semble qu’une suite sera prévue ! 

5_coeurs

Annelie Wendeberg – © M. Wendeberg