Août 082016
 

Ecrit par l’auteur marocain Habib Mazini. Publié aux éditions Marsam en août 2011.

Résumé

« La Mère promise est d’abord un bel hommage à la féminité, c’est ensuite une quête psychanalytique qui emprunte un chemin tortueux et torturé. Le jeune Driss, longtemps maltraité dans un orphelinat, se réfugie dans la cabine d’une grue. L’abri le prémunit des contacts et lui offre une autre vue des hommes et de leurs préoccupations. Il devient grutier, par passion pour cette solitude des hauteurs. Envoyé au Maroc pour une mission, il découvre la foule et le contact humain aux travers d’une rencontre avec Malika, une jeune maman. La volupté de son sein gauche l’envoûte, il en est follement épris au point de la rechercher dans tout Casablanca. Le jeune homme est avide de chaleur humaine et n’hésite pas à l’agresser dans ce qu’elle a de plus sacré. Dans sa fureur, il commet un crime qui l’expose à la colère publique »

Mon avis

Ce roman était un joli cadeau revenu tout droit d’Agadir, étant enceinte et folle de romans, autant vous dire qu’il était fait pour moi ! Je trouve la couverture magnifique ! De plus, pour un roman acheté sur place je trouve que le résumé était bien audacieux, peu de livres dans les librairies marocaines abordent la femme sous cet angle là : sa sensualité. Cela reste un sujet un peu tabou, d’autant que notre personnage principal profane le sacré de la femme : la sein maternel.

L’intrigue se situe au début à Marseille, ville où nous apprenons à connaître Driss, un jeune homme issu de la DDASS, asocial et ne connaissant encore rien au monde féminin. Il est grutier et aime observer du haut de son engin les personnes en dessous. Les gens lui semblent petits et lointains, lui se sent tout puissant et il aime cette sensation. Un peu voyeur, il aime aussi être aux premières loges des fenêtres d’immeubles pour observer la vie citoyenne mais surtout les femmes.

C’est un personnage tourmenté, qui ne trouve pas sa place dans la société. Lorsque son patron l’envoie au Maroc, à Casablanca pour un chantier, Driss est d’abord déboussolé. Il sait que ce pays est le sien mais il ne le connaît pas. Il aime Marseille et ce que la France a à lui offrir. Il découvre une autre mentalité, d’autres mœurs, et finit par s’attacher à sa terre natale, tout comme à ses habitants. Un jour, son regard tombe sur Malika et le démon qui sommeille en lui se révèle au contact de sa poitrine. Il est dans le bus, elle est près de lui et les secousses font que sa poitrine de jeune maman lui frôle le torse. Premier émoi sexuel pour Driss dont les instincts se réveillent au contact de cette peau.

Il en devient obsédé et traque Malika dans les rues de Casablanca. Leur deuxième rencontre à lieu dans un parc de la ville alors qu’elle donne le sein à son nourrisson. Hypnotisé, Driss commet un acte révulsant : il met le sein à sa bouche et tète le lait maternel. Choquée, Malika crie et se débat, lorsqu’il reprend ses esprits, il s’enfuie. Commence pour Driss une aventure malsaine. Privé d’une maman étant petit, des troubles psychologiques longtemps ignorés refont surface, il voit en la femme, une mère, mais aussi l’objet de ses fantasmes pervers. Jusque dans les maternités, en passant par les bordels il cherchera à assouvir cette obsession et ce désir incontrôlé.

L’auteur nous offre une intrigue peu commune et développe la psychologie de ses personnages au travers d’une Halka, un principe interactif où la voix du conteur se mêle à celle de la foule qui donne aussi ses impressions. C’est un échange agrémenté de paroles de chansons et de faits d’actualités. Une histoire que l’on suit également à travers une enquête policière qui fait la lumière sur ce que pensent les citoyens d’actes condamnables comme celui-ci, mais aussi concernant le rôle et la place de la femme dans la société marocaine.

Malgré la plume un peu soutenue de l’auteur qui m’a parfois égaré, j’ai trouvé ce roman très intéressant et pour le coup, très original. C’est une jolie découverte, si l’occasion se présente à vous, je vous conseille vivement de le découvrir.

3_coeurs

Habib Mazini

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)