Août 302017
 

Ecrit par l’auteure allemande Annelie Wendeberg. Publié aux éditions Presses de la Cité le 11 mai 2017.

Un grand merci à la maison d’édition pour cette lecture.

Résumé

« Après une première enquête menée avec Sherlock Holmes (voir Le Diable de la Tamise), Anna Kronberg s’est retirée dans son cottage du Sussex. La jeune femme médecin pensait qu’elle et son célèbre coéquipier étaient parvenus à annihiler une organisation secrète qui expérimentait des bactéries pour en faire des armes de guerre. Mais le professeur Moriarty, véritable dirigeant de l’organisation, a survécu.
Et il a décidé d’utiliser Anna pour entamer des recherches sur la peste… Pour arriver à ses fins, Moriarty kidnappe Anna ainsi que son père. Si la jeune femme veut revoir ce dernier en vie, elle devra obéir. Vivant désormais sous haute surveillance entre la demeure luxueuse de son geôlier à Londres et un entrepôt où elle réalise ses expériences, Anna tente de trouver un moyen pour prendre contact avec Holmes.
Alors qu’elle fomente le meurtre de Moriarty, une relation ambiguë s’instaure avec cet homme violent, manipulateur et effrayant. »

Mon avis

« Le dernière expérience » est le second tome de la saga de l’auteure : « Anna Kronberg et Sherlock Holmes ». Le premier tome, Le diable de la Tamise, nous offrait une intrigue très originale dans l’univers de Holmes : la bactériologie. Une science destinée aux hommes à cette époque-là, dont le docteur le plus réputé n’est autre… qu’une femme. Anna Kronberg alors déguisée en homme devient experte dans ce domaine et avec Holmes, réussit à démanteler une organisation secrète. Je pense que c’est plus simple pour le lecteur d’avoir lu le premier tome avant celui-ci, bien que ce ne soit pas non plus une nécessite. C’est intéressant dans le sens où la relation Holmes/Kronberg s’y construit et qu’elle est vraiment intéressante !

Nous découvrons dans ce second opus que dans l’ombre, un autre personnage à beaucoup de projet à mener : James Moriarty. Un homme froid, ennemi n°1 de Sherlock. C’est un bel homme, très intelligent mais calculateur, dénué de sentiment et hautement condescendant envers les femmes. 

Nous ne sommes pas dans un huit clos mais ce roman m’a fait penser à cette forme narrative car l’intrigue repose essentiellement sur la relation ambiguë entre Anna et Moriarty. Il n’y pas d’enquêtes à proprement parlé ici, l’auteure glisse dans un tout autre rapport de force : celui d’une femme savante du 19 ème face à un homme, tout aussi savant et très misogyne. Alors qu’Anna est contrainte, à cause d’un terrible chantage, de travailler pour Moriarty à la fabrication d’une arme bactériologique, elle sera prisonnière de sa demeura durant plus d’une centaine de jours.

Sa captivité la conduira à repousser très loin ses limites et l’auteure nous offre également un aperçu de celles de Moriarty. Malgré sa misogynie évidente, l’intelligence d’Anna le fascine, leurs dialogues le passionne. Tous deux savent qu’à la fin, il n’en restera qu’un. Cependant, l’un et l’autre se perdent dans la confusion de leurs sentiments. Nous assistons à leur vie alors étroitement liée et avons accès à leurs pensées les plus secrètes. Pour autant, c’est extrêmement difficile de cerner ces deux personnages. C’est là où l’auteure excelle. 

Sherlock Holmes n’est pas le héros de cette aventure, la primeur va à Anna et c’est un pari réussit ! Sa présence est utile pour le dénouement final car Holmes et Moriarty ne vont pas l’un sans l’autre. Le fait d’avoir lié ces deux personnages de légende à la jolie inconnue qu’est Anna, c’est gonflé et formidablement bien réussi !  

Mon seul et unique petit bémol de lecture, c’est que l’intrigue peine parfois à décoller. Le récit possède quelques longueurs mais qui n’entravent pas le plaisir du lecteur !

C’est donc une saga que je recommande aux amoureux du 19 ème siècle.  Non seulement pour la richesse de l’époque mais aussi pour les aspects que l’auteure nous en dévoile. Je pense notamment au domaine scientifique car nous apprenons énormément de choses sur les maladies, sur les guerres bactériologiques, tellement sournoises et dangereuses ! C’est passionnant !

  3 Responses to “La dernière expérience – Annelie Wendeberg”

  1. J’avais un peu entendu parler du premier tome, et je pense que cette saga pourrait me plaire. Il faut que je tente à l’occasion.

    • Le premier tome est vraiment excellent, meilleur que le deuxième dans le sens où il y a plus d’action et voir Sherlock déboussolée par une femme c’est assez inédit lol hormis notre chère Irène Adler ! Ce second opus s’attarde davantage sur la relation qu’ont Moriarty et l’héroïne et c’est très bien exploité aussi.

  2. J’avais déjà repéré le 1er tome, c’est une série qui pourrait me plaire.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)