Avr 302016
 

Ecrit par l’auteur américain Stephen Kiernan. Publié aux éditions Presses de la Cité le 04 février 2016.

Je remercie chaleureusement les éditions Presses de la Cité pour cette magnifique lecture.

Résumé

« Projet Lazare: ressusciter les morts.
Quelle surprise pour Kate Philo et ses coéquipiers lorsqu’ils trouvent, au cours d’une mission scientifique dans l’océan Arctique, un corps conservé dans la glace puisque plus d’un siècle. L’homme d’abord baptisé « Franck » puis plus sobrement « Sujet Numéro Un », est ramené à la vie grâce à une technique révolutionnaire – jusqu’alors testée sur des sardines et autres petites créatures marines.
« Sujet Numéro Un » s’appelle en réalité Jeremiah Rice.
Né en 1868, marié, père d’une fillette, il était juge dans la petite ville de Lynn, non loin de Boston. Il aimait le Base-ball et les livres. Il a perdu la vie – sa première – en 1906, lors d’une expédition vers le pôle Nord.
Tandis que la presse s’emballe, Jeremiah, soutenu par Kate, dont il va peu à peu se rapprocher, découvre avec stupeur l’Amérique des années 2000. Il ne sait pas encore que ses jours sont comptés… »

Mon avis

Ce roman a de suite attiré ma propre curiosité, car au vue du résumé et de la couverture j’ai d’emblée penser au film d’Edouard Molinaro, Hibernatus, avec Louis de Funès ! Bon, nous sommes bien loin de la comédie du film bien que les sujets soient tout de même assez similaires !

Nous embarquons donc pour une expédition polaire des plus contraignantes avec l’équipe du scientifique Erastus Carthage qui est à la tête du Projet Lazare. Ce projet à pour but de tester les limites de la vie en ramenant à la vie des espèces congelées dans de la « glace primaire ». Ce sont des superpositions de couches de glace notamment sur les icebergs, qui auraient congelées les espèces alors même que leurs organes vitaux soient en parfait état de fonctionnement. L’équipe de chercheurs souhaite donc poursuivre ces recherches en trouvant des espèces plus grosses que le krill ou les crevettes. Stupéfaction à bord alors que l’espèce trouvée n’est pas un phoque comme ils semblent le croire, mais… Un homme.

La presse s’emballe, les équipes scientifiques aussi. Renaît comme par miracle Jérémiah Rice, un juge né en 1868.

Le roman est découpé selon trois points de vue, celui du professeur Kate Philo, seule femme à bord ; le journaliste un brin grossier, Daniel Dixon et l’homme à la tête du projet, Erastus Carthage. Chaque point de vue se superpose ainsi dans les chapitres, montrant trois façons différentes d’appréhender cette découverte. Kate Philo voit Jérémiah Rice comme un humain, un être doué de sensibilité et non pas un cobaye de laboratoire, elle est ainsi en conflit permanent avec les têtes pensantes du projet. Daniel Dixon met en lumière la presse à scandale qui ne manque jamais d’être omni-présente. Erastus Cartage voit en Jérémiah le Sujet Numéro 1, un cobaye.

J’ai trouvé l’intrigue de ce roman réellement passionnante car les thèmes abordés sont très complexes et d’actualité même si encore tabous. La cryogénie existe bel et bien et nombreux sont ceux qui pensent que la science pourra un jour ressusciter les morts. A l’opposé, le roman met aussi en avant les personnes croyantes pour qui seul Dieu peut accorder ou reprendre la Vie. Notre propre réflexion est ainsi mise à rude épreuve, tout comme notre curiosité, car Jérémiah en est une. C’est en enquête passionnante que de constater le point de vue d’une personne née il y a un siècle, sur notre propre technologie. Jérémiah voit la cruauté exacerbée des citoyens, leur sexualité débridée et l’incroyable avancée de la science. Il est difficile d’être dans un camp ou dans l’autre.

L’intrigue aborde aussi l’amour. celui de Kate et Jérémiah, un amour simple et platonique sur fond de différences sociales et culturelles. Une forme d’amour très poétique qui apporte à ce roman très scientifique la touche de romantisme et de légèreté qu’il lui fallait.

Les personnages sont vraiment tous nécessaires car chacun d’eux apporte un point de vue, une réflexion différente. Entre l’appât du gain, le succès de la découverte, l’empathie envers cet homme, beaucoup de sentiments sont ainsi exploités. J’ai trouvé que le récit était d’une grande profondeur grâce à cette palettes de protagonistes extrêmement bien choisie.

Je recommande ce roman à tous les curieux, à ceux qui aiment réfléchir à des sujets sérieux comme celui-ci. J’ai beaucoup aimé le fait que ma curiosité et ma réflexion soient ainsi sollicitées. Un seul tout petit bémol, les explications scientifiques, qui, bien que passionnantes sont parfois un peu compliquées 😉

4_coeurs

  One Response to “La curiosité – Stephen Kiernan”

  1. Il a l’air original !

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.