Sep 062017
 

Ecrit par l’auteur italien Luca Masali. Publié aux éditions Métailié le 11 mai 2017.

Je remercie les éditions Métailié ainsi que l’auteur pour le partage de ce roman atypique.


Résumé

« Début des années 80. Dans une Turin dominée par la Fiat, où les Brigades rouges tirent leurs derniers coups de feu, Giovanni Oddone, petit dealeur et demi-maquereau que seuls le football et les grosses voitures passionnent, est arrêté à la suite d’un imbroglio qui lui vaut d’être accusé de terrorisme. Mais, du fond de sa prison, il va se lancer dans une entreprise à la mesure de son hilarante mégalomanie : monter une arnaque grandiose impliquant la Fiat, la Toro – l’autre équipe de foot turinoise – et Kadhafi. Pour cela, il va utiliser les charmes plastiques de Cosetta, sa petite amie pas vraiment soumise, et les folies cocaïnées d’une héritière fantasque de l’empire Agnelli, mais il lui faudra compter sur de nombreux adversaires : les bureaucrates du foot, une policière amoureuse de Cosetta et surtout la mafia, qui tire les ficelles. »


L’avis de Caïtelhor

C’est l’histoire de Giambone, petit malfrat sans foi ni loi, de surcroît dealer mac et menteur.  L’Italie dans les années 80, les brigades rouges sont en déclin et les services américains s’activent pour empêcher les communistes de prendre le pouvoir.

Giambone en ce début est apparemment à sa place, la seule qu’il mérite : la prison (il est accusé « à tort »de terrorisme !). Il va réussir à provoquer le seul et l’unique : le mentor de la prison. Et il va aller loin, très loin car il est prêt à tout pour l’argent. En vrai pourri, il va trahir tout et tout le monde et même ce qui gouverne toute sa vie, sa religion : l’équipe de Torino « la Toro » !  Il dira « Il y a des hommes qui se damnent par avidité. Et il y a des hommes qui se damnent par stupidité. Moi, je m’étais damné pour de l’argent. J’avais vendu ma foi. »

Il va se servir sans vergogne de sa petite amie Cosa, pute mais certainement pas soumise ; d’une héritière autant farfelue que cocaïnée. Mais il va devoir affronter de sacrés adversaires pas tendres du tout et aussi la policière Randazzo qui est tout sauf lesbienne ! A sa sortie de prison, un mafieux va s’arranger pour que Giambone soit embauché à la Juventus. C’est là que la machine déraille, c’est à ce moment que l’histoire « Khadafi le Foot et Moi » va aller crescendo… dans sa descende aux enfers.

Je suis restée un peu dubitative à la fin de ce roman. J’ai eu du mal à me laisser embarquer dans cette histoire, avouons-le : carrément rocambolesque ! L’arnaque autour de Khadafi est tellement énorme qu’elle ne m’a pas convaincue et a un peu spolié la suite de ma lecture. J’ai trouvé un commentaire qui m’a bien plu, je me permets de le citer car c’est tout à fait ma pensée. « Actudunoir  – De façon étrange, j’avais du mal à me mettre à lire, peu désireux de retrouver cette histoire, mais une fois dedans, je la trouvais plutôt amusante bien que pas tout à fait convaincante ». Car j’ai pris du plaisir devant ce concentré de pure folie, mélange de violence et d’humour au second degré. Luca Masali met la barre haute, TRÈS haute, c’est du « sans filet »! Il jongle avec différentes intrigues pouvant aller de la comédie au drame. Il nous entraîne dans les mésaventures de Giovanni Oddone et on en redemande.

 Oui aux amateurs de Tarantino, de Tim Burton, lisez-le ! Inutile d’être fan de foot, passons sur les services secrets étrangers, le monde politique et même sur l’opération improbable avec le dictateur libyen. Laissez-vous porter par la plume addictive de l’auteur. Il vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière page, suspense assuré ! C’est un grand moment de lecture !

« Cosa rit et soulève une jambe en un grand écart parfait : -Footballeurs et putains, c’est pareil : pas de mains, juste un jeu de jambes, du bassin et de la tête… souvent la tête, tu sais pourquoi? Parce que si t’est débile, mieux vaut aller travailler. »

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(obligatoire)

(obligatoire)